Saison 2020-2021

Venez nous rejoindre même en cours d'année !

1ère séance de découverte pour vos enfants le mercredi à 14h

Pour prendre rendez-vous, veuillez contacter par appel téléphonique Nathalie Migliorin au 06 63 90 98 70.

Le nouveau protocole impose cette prise de rendez-vous pour se rendre à la salle la première fois. Cela nous permet d'établir la liste des joueurs présents à chaque séance. Une fois les groupes d'entraînement constitués, cette prise de rendez-vous ne sera bien sûr plus nécessaire.

Bonjour et bienvenue dans le cinquième numéro de Secrets d’Histoire pongiste. Stéphane Bern a eu le temps de prendre des vacances prolongées depuis le dernier épisode. Mais il revient cette semaine en grande pompe avec un numéro qui va retracer le parcours des derniers présidents de l’ASTTL. Que leur règne ait été long ou non, chacun d’entre eux a permis de faire de ce club ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire un club d’alcooliques… Non mais ça ne va pas Stéphane d’employer de telles termes à l’antenne devant tant de lecteurs ?! Reprends ce que tu sais faire le mieux et conte-nous ces belles épopées.

 

2008-2014, l’ambition de Jean-Pol Guivarc’h

Après des années de règne sur l’ASTTL, la famille Anquetil abdique au profit de Jean-Pol Guivarc’h qu’il faut absolument écrire avec un o sous peine de se voir renvoyer immédiatement du club. Sans conteste le président le plus marquant de la dernière décennie, il a œuvré de nombreuses années pour faire grandir ce club. Son ambition s’est tout d’abord manifestée par la naissance de l’entente de l’équipe fanion avec Honfleur dans le but de faire monter l’équipe en pré-national. Malheureusement, la mayonnaise n’a jamais semblé voulu prendre dans cette entente qui ne réussira finalement jamais à atteindre son objectif. Mais car tout vient à point à qui sait attendre, la consécration du règne de Jean-Pol a lieu en mai 2014 lorsque la R1 vient à bout de l’équipe Cabourg pour accéder à la pré-nationale sous les yeux humides du président ayant spécialement fait le déplacement. Au-delà de l’équipe fanion, le club s’est développé de façon exponentielle au cours de ces années avec notamment la naissance d’une génération dorée encadrée par l’emblématique entraîneur Xiang Ren. Et si le club savait à l’époque bien former, il était aussi capable de recruter les bons éléments des clubs voisins. Provoquant parfois la haine par ces mercatos agités, le club de l’ASTTL s’est renforcé inlassablement sous le règne de Jean-Pol. Approchant la centaine de licenciés, l’ASTTL était à l’été 2014 en quelque sorte à son apogée.

 

2014-2015, le professionnel Emmanuel Désert

La prise de pouvoir d’Emmanuel Désert coïncide avec la naissance de la structure professionnelle de l’ASTTL. Après des années de bonne gestion, le club tente l’expérience d’employer à plein temps un entraîneur en la personne de Cyril Dosière. Venant également renforcer la nouvelle pré-nationale, ce dernier arrive pour faire monter encore l’ASTTL d’un pallier. L’objectif dans un coin de la tête est alors de rejoindre la nationale 3 dans quelques années. Mais les débuts en pré-national sont rudes puisque l’équipe finit par descendre en R1 en fin de saison. Pour gérer cette nouvelle situation, Emmanuel est épaulé par l’ancien président toujours présent en tant que trésorier. Rien n’est simple au cours de cette saison mais tout est géré d’une main de fer par le bureau.

 

2015-2016, Yoann Verger pour poursuivre le projet

Souvenez-vous maintenant de ce président au crâne chauve et fort sympathique tout droit venu de Deauville. Après seulement une saison passée au club, Yoann accepte en effet d’endosser le rôle de président pour poursuivre le pari osé d’employer un entraîneur à temps plein. La saison n’est pas de tout repos puisque malgré tous les efforts entrepris par le club, la situation n’est plus viable financièrement pour le club. L’idée était pourtant belle, bien qu’ambitieuse. En même temps, on est à Lisieux et donc seul le cyclisme fonctionne dans la ville de Sainte-Thérèse. Malgré tout, cette expérience aura permis de battre le record de licenciés au sein de l’ASTTL puisque que grâce notamment aux sessions baby-ping et séances crées par ce post, 122 personnes ont signé leur licence cette saison-là. De plus, l’équipe fanion obtient de nouveau la montée en pré-national en fin de saison avec notamment le jeune Lucas Dessales formé au club et qui évoluait dans cette équipe même si ce dernier décidera tout de même de muter à Mondeville dans la foulée. Cette année voit aussi la naissance de la Team Zaza au Buffalo Grill de Caen tandis que les « 24 heures de Lisieux » fêtent déjà leurs 10 ans. Finalement, cette année aura du bon et Yoann aura régné comme un bon roi.

 

2016-2017, l’oublié Jonathan Cosson

Peu s’en souviennent mais Jonathan Cosson a bel et bien été président pendant une saison. Comme le président changeait à l’époque tous les ans, cela n’est pas non plus surprenant. Tout juste arrivé du club de Drucourt, il prend les reines de l’ASTTL quelques jours après la signature de sa mutation à l’ASTTL. Classé 11, il est alors un joueur investi pleinement dans le ping dans le but de continuer sa belle progression. Très présent à l’entraînement, son élan est cependant brisé par une blessure qui l’éloigne de la compétition presque toute la saison et qui le voit se retirer progressivement de ses obligations de président.

 

2017-2020, Barbara Jansen débute le règne des femmes

Car il fallait bien de la stabilité après des années de passages successifs de témoins, Barbara prend les commandes de l’ASTTL pour trois belles saisons. Elle devient d’ailleurs la troisième femme présidente de l’ASTTL après Estelle Anquetil et Chantal Masselin. Pendant ces années, le club reprend son rythme de croisière avec le retour des fondamentaux. L’inépuisable Dominique Besnier entraîne de nouveau les jeunes avec de belles réussites via l’éclosion de jeunes aux portes des équipes régionales actuelles. L’ASTTL compte de nouveau 80 licenciés avant de franchir la barre des 100 licenciés en 2020. Carlos occupe le poste d’entraîneur des adultes avant de s’occuper également des jeunes la dernière année. Au niveau du palmarès du règne de Barbara, il est à noter la victoire reconnue mondialement d’Alexandre Fromager et Florent Delattre qui remportent la prestigieuse « Coupe Du Calvados » avec leurs t-shirts « Tigrou ». L’ASTTL n’est certes plus le club qu’il a été au niveau de ses équipes premières mais l’ambiance est désormais la seule priorité au sein du club.

 

2020, Nathalie Migliorin s’impose comme un tyran

A l’issue d’une saison amputée par le Covid-19, Nathalie Migliorin prend la relève au poste de président qui coïncide d’ailleurs avec une refonte complète de l’effectif du bureau. Sachant qu’elle ne pourra jamais percer dans le monde pongiste par ses qualités de joueuse, Nathalie a cependant la ferme intention de marquer de son empreinte l’histoire du tennis de table en devenant « La Meuf » connue de tous les clubs de la région. Peu importe l’avis des lexoviens et de nos voisins, son seul objectif est d’être reconnu pour ses faits d’arme. Plus présente au gymnase Mimoun que son fils en cours, elle n’a pas perdu de temps pour faire bouger les choses. Son dernier fait retentissant est bien entendu les travaux entrepris pour rénover le bureau de la salle. Promouvant les apéros après les entraînements, son appartement est devenu un lieu de rendez-vous après quelques verres au bar et pour manger des pâtes à 3 heures du matin. Le nouveau tyran de l’ASTTL fait en tout cas tout pour que tout le monde se sente à l’aise au sein de l’ASTTL comme le fait DJ Santos sur le dancefloor. Ses efforts semblent d’ailleurs porter leurs fruits puisque sa notoriété commence à prendre de l’ampleur. Les articles consacrés à ces agissements comptent en effet parmi les plus gros succès sur la page de l’ASTTL en termes d’audience et de réactions. Mais où s’arrêtera donc Nathalie ? L’avenir nous le dira mais elle risque de prouver que l’on peut percer dans le tennis de table sans avoir de certificat médical.

 

C’est ainsi que se termine le cinquième épisode de Secrets d’Histoire pongiste qui vous aura permis on l’espère, d’en apprendre plus sur l’histoire de l’ASTTL. Si un sujet particulier vous intéresse, n’hésitez pas à en faire part à Stéphane Bern dans les commentaires. Et si vous souhaitez que ce dernier et la page de l’ASTTL restent forts, n’hésitez pas à lâcher un petit like car le budget de la rédaction s’élève précisément cette année à 0€.


Tout est déjà dit...


C’est parti pour le quatrième épisode « Des joueurs de l’ASTTL jugés par les joueurs de l’ASTTL » qui va voir le célèbre Patrice Métais se voir audité par les compétiteurs lexoviens. En plus d’être un 6 redoutable, il est désormais également maire de sa commune. C’est pourquoi Patrice a d’ailleurs remis sa couronne de capitaine de D4 qu’il a su porter avec brio pendant de nombreuses saisons. Certains joueurs qui ne juraient que par son capitanat ont d’ailleurs même failli arrêter le tennis de table après cette décision. Néanmoins, Patrice n’est pas près de ranger sa raquette Banco au fond de l’armoire. Aujourd’hui, il est donc temps pour lui de voir son jeu jugé après de nombreuses années de pratique. Peut-il encore monter dans la hiérarchie du ping ? Est-ce que son ping est perturbant à affronter ? Les joueurs de l’ASTTL ont justement répondu à ces questions.

 

L’avis de Stéphane Plantrou : Patrice, un homme d’expérience et de responsabilité, trésorier et désormais vice-trésorier avec de nouvelles fonctions en tant que maire récemment. Joueur sympathique et toujours souriant, capitaine depuis plusieurs années, il alterne entre la D4 et D3 à l’origine de nombreuses montées et ayant eu sous son aile quelques jeunes joueurs ayant pris leur envol évoluant maintenant dans d’autres équipes. C’est un plaisir d’être dans son équipe avec une très bonne ambiance et surtout un partenaire de double inégalé et invaincu avec un coup d’arrêt brutal suite à la pandémie…Patrice c’est l’homme au soft et qui reste dangereux même après plusieurs mois sans jouer, en espérant revoir Patrice le vendredi soir en D4 quand tout ira mieux, en compétition et en 3ème mi-temps.

 

L’avis de François Da Roit : Pat est un adversaire intéressant, il est toujours prêt pour faire un dernier match, et le fait d’avoir un pico ou un truc comme ça sur sa raquette rend son jeu atypique. Son point fort ? Son analyse du jeu. C’est monsieur analyse du club. Bon parfois on se demande si ce n’est pas pour gagner du temps car il est déjà cuit. En tant que capitaine je n’ai jamais eu le plaisir de jouer dans son équipe mais c’est un Dieu vivant pour certains joueurs du club.

 

L’avis de Nathalie Migliorin : Homme d'une extrême gentillesse, ayant le sens de l'humour et une forte personnalité. Première personne à qui j'ai confié mon fils en déplacement en D4 les yeux fermés. Même si parfois j'adorais aller avec eux aux matchs. D'ailleurs en parlant de ça, petite anecdote sur un match de D3 de mémoire au Pré d'Auge ou quand nous sommes arrivés Jean René nous a présenté son chien comme la mascotte de son club. Patrice n'a peu s 'empêcher de lui dire que lui aussi était venu avec sa mascotte Moi ! Très drôle Pat...De mémoire il adore aussi me jeter des balles dans la tronche ! Pourquoi ? Cela restera un grand mystère !!! (Bon peut-être que je le cherchais un peu ? Hum...à voir). J'ai bien une autre anecdote réservée aux départementaux, mais hélas je ne peux vous la raconter ! Désolée. Le premier qui ose parler je le tue ! Patrice étant d'une grande sagesse et d'une envergure tel un grand gentleman que je sais qu'il se taira... (j'espère). De grands fous rires avec mon amie Céline lorsque Patrice nous faisait voir son Caleçon. C'était presque devenu un rituel sacré Pat ! Bon en vrai je préfère voir le caleçon de Pat plutôt que celui de PR ! Une grande nostalgie de ces matchs de D4 avec de grandes parties de rigolade et des souvenirs d'enfance petit clin d'œil à Julien Lebossé avec ses gâteaux à l'orange (les Chamonix) qui nous rappelait toute notre enfance...J'ai adoré être vice-trésorière à tes côtés. Voilà Patrice ou plutôt Mr Le Maire !

 

L’avis de Julien Lebossé : Il a un jeu atypique et on s’est souvent tiré là bourre avec des challenges à la fin des entraînements où on terminait par un petit match que je gagnais grâce à mon service latéral. Et bien entendu, Patrice nous manque au troisième mi-temps des matchs en départemental.

 

L’avis de Nicolas Mersch : Redoutable compétiteur, à fond dans son match dès qu'il sent que c'est jouable. Il n'hésitera pas à user de tous les stratagèmes possibles pour déstabiliser son adversaire. Sa cible préférée, les ptis jeunes qui n'ont pas encore apprivoisés le soft et ne comprennent pas les variations d'effets engendrées par celui-ci. Son jeu penche naturellement à droite, même s'il sait quand il le faut aller chercher des points à gauche. Les tops sur tops, contre tops, très peu pour lui, mais il sait être un fin tacticien dans le petit jeu en poussette pour s'amener la balle plein coup droit et envoyer une frappe avec un taux de réussite à faire pâlir Fred Chauvin. Côté physique, ce n'est pas le joueur le plus mobile de l'ASTTL mais il saura s'arracher lorsque l'opposition est de taille et aller chercher quelques points sur les extrémités de la surface de jeu à l'approche du dénouement. Il tient la barraque en D4, c'est un peu plus rude en D3 surtout lorsque le débat s'allonge et où le manque d'entraînement peut lui jouer des tours. Côté feuille de match, il gère GIRPE comme personne, il paraît que ça joue numéro dans l'après-match et il n'oublie pas de passer voir jouer les copains le samedi s'il arrive à libérer du temps dans son agenda de ministre. La légende dit même que certains joueurs préfèreraient même tout arrêter s'ils n'avaient pas captain Papat dans leur équipe.

 

L’avis de Mattéo Fernandes : Oulaaa alors là y’en a des choses à dire ! Premièrement il joue à 800 % contre moi et ça je n’ai jamais compris pourquoi. Ensuite il est toujours là pour t’expliquer pourquoi t’as perdu. Il te dit que t’a de la chance alors qu’il t’a fait 4 grattes dans le même point !! Son soft il le maîtrise à la perfection j’ai beau tailler le peu que je peux ma balle il claque et sa passe un adepte du FredChauvinisme. Mais bon malgré ça il a réussi à me faire progresser dans la joie et la bonne humeur enfin surtout dans la 3eme mi-temps du vendredi soir ! Ça reste pour moi mon cher capitaine Pat avec qui on a pris 8-0 au final départemental avec qui on est monté en d3 avec qui j’ai réellement commencé à comprendre l’enjeu d’un match. Enfin je pourrais m’éterniser encore sur cet énergumène pendant longtemps mais bon je dois retourner jouer ! Allez à la prochaine mon ptit Pat

 

L’avis de Léonard Chatoux : J'ai commencé comme de nombreux jeunes dans son équipe et il a toujours le smile. Il m'a surtout appris à jouer sur anti top, picot ou autres plaques pourries. Durant quelques années je perdais contre ses plaques qui, à mon goût, lui vont très bien. Même si j'arrive maintenant à résister et à l'emporter, c’est toujours un plaisir de jouer contre Patrice et sa bonne humeur.

 

L’avis de Corentin Hue : Bonjour à tous et à toutes, Patrice fut mon premier capitaine quand je suis arrivé à Lisieux. On formait une belle équipe avec Alexis et Valentin d’ailleurs nous sommes montés en d3, que des bons souvenirs notamment Valentin et Alexis qui mettaient du gros rap us sur les retours de match. Sur son jeu je dirais que Patrice est un diesel il n’arrête pas de progresser depuis qu’il a mis un soft en coup droit et c’est un plaisir de le voir démoraliser des jeunes en d4. Bon il n’a plus ses jambes de 20 ans, bon après les a-t-il déjà eu un jour. En tous cas ça reste un joueur redoutable à l’apéro que ça soit à gauche ou à droite de la table.

 

L’avis de Florent Delattre : Un joueur polyvalent, capable dans la même journée de claquer de grosses frappes revers contre Florian Robine puis de signer l'accord pour la mise en place d'un nouveau carrefour giratoire à Ouilly-Le-Vicomte.

 

C’est ainsi que se termine cet audit qui aura vanté les qualités pongistes et de maire de Patrice Métais. La rédaction lui souhaite d’atteindre le jour le classement 7, avec un tel soft tu peux y arriver Patrice. Bien entendu, on se retrouve ce week-end pour un nouveau post et pour que la page de l’ASTTL reste aussi forte que Patrice Métais, n’hésitez pas à lâcher un like.


Photo de notre équipe de minimes au moment de la réouverture des gymnases. On n’a pas réussi à les identifier, saurez-vous les reconnaître ?


Après plus de trente ans d’attente, le bureau du gymnase Mimoun fait enfin peau neuve. En effet, la présidente Meuf

Migliorin a entrepris un grand projet pour remettre au goût du jour cette pièce vitrée qui gêne les joueurs jouant dans la seconde partie de la salle et dans laquelle on entre seulement pour prendre une bière dans le frigo.

Du travail, il y en a eu. Avec des archives datant des années 80, des cassettes au contenu inconnu et des araignées y ayant élu domicile depuis 2003, il a tout d’abord fallu faire un sacré ménage. En si bon chemin, Meuf Migliorin a alors pris la décision de tout jeter. Epaulée par Stéphane Plantrou, elle a sorti illico-presto du bureau les vieilles armoires, le bureau encombrant et le frigidaire qui marchait pourtant encore très bien. C’est d’ailleurs le moment de remercier la mairie de la ville

Lisieux qui s’est gentiment occupée d’envoyer tous ces objets à la déchetterie. Très coopérative sur le projet, elle s’est également occupée de petits travaux comme l’installation de nouvelles prises.

Bien entendu, il fallait alors sortir la carte bleue pour meubler ce bureau désormais vide. Et naturellement, c’est plus moins un Smic que Meuf Migliorin a lâché dans le plus grand des calmes. En tant que présidente, elle s’est offert un nouveau bureau flambant neuf, de nouvelles armoires, une nouvelle étagère, un nouveau frigidaire, des fauteuils ainsi que trois tables gigognes qui par définition n’ont jamais aucune utilité. Mais la liste est loin d’être finie puisqu’une nouvelle lampe a fait apparition tout comme de nombreux outils de rangement plus moins utiles. Et l’excès ne s’arrêtant jamais, Meuf Migliorin s’est offert une pendule ainsi que de la décoration avec de fausses plantes. Pour mettre en place cette myriade d’achats, Meuf Migliorin a toujours pu compter sur l’homme le plus gentil de l’ASTTL en la personne de Stéphane Plantrou toujours présent pour aller faire des aller-retours à BUT avec son Berlingo, monter des meubles et boire une bonne bière après le travail. Meuf Migliorin a également pu s’appuyer sur le gardien Philippe qui a pu occuper ses journées bien vides avec cette nouvelle activité. Appelé à de nombreuses reprises pour donner un coup de main, Corentin n’a jamais donné suite. Enfin, Meuf Migliorin a insisté pour que la rédaction remercie son fils Mattéo Fernandes qui a aidé à monter un meuble pendant 15 minutes. Le piston jamais ne s’arrête ! Il n’y a maintenant plus qu’à espérer que ce bureau flambant neuf permettra de booster l’affluence de pongistes lorsque la salle rouvrira. Probablement qu’ils viendront uniquement pour prendre une bière dans les nouveaux fauteuils mais c’est déjà mieux que rien.

Vous pouvez donc observer le résultat final via les différentes photos que la rédaction a pu se procurer pour vous.

 

En espérant que ce nouveau bureau vous plaise, nous vous donnons rendez-vous dès lundi pour un nouvel article. Et si vous souhaitez que la page de l’ASTTL reste forte, n’hésitez pas à lâcher un petit like !


Bon, l’ASTTL a pris le melon. Mais après, tous les numéros ont le bocal de toute façon. C’est une nécessité pour être bon.


Après des semaines d’attente, on se retrouve aujourd’hui pour les cartes Ultimate team consacrées aux légendes de l’ASTTL. Pendant de nombreuses années, ces joueurs ont fait les beaux jours de ce club en participant notamment à la montée en Pré-national. Même s’ils sont désormais tous retraités de la profession pongiste, la rédaction ne les a pas oubliés. Chargé de les juger, le conseil de classe leur a bien entendu accordé les félicitations pour leurs performances passées. Et comme d’habitude, le champion de France des cartes Fut Corentin hue a adressé ses commentaires sur ces légendes.

 

On commence par Arnaud Lesage qui obtient la plus grosse carte de l’ASTTL avec un énorme 98. Rappelez-vous son jeu d’attaquant avec le premier top en cloche avec son soft suivi d’un énorme parpaing qui a fait des ravages pendant de nombreuses années et qui lui permet d’obtenir un 98 en attaque. Toujours au top physiquement, son 98 de physique n’est pas volé. Très difficile à battre, Arnaud ne gagnait simplement que rarement des points avec son service comme le montre son 62 en service. Mais au moins, il maîtrisait le service court coupé et juste pour ça, il serait absolument nécessaire qu’il refasse une petite pige à Mimoun pour l’apprendre à la nouvelle génération. Et si un jour tu t’achètes un nouveau genou Arnaud, n’hésite à revenir pour épauler l’équipe fanion de l’ASTTL !

Le commentaire de Corentin Hue : joueur très offensif et qui s’arrachait sur toute les balles.

 

On retrouve en seconde position Jessy Manivel qui en plus d’être le plus gros pêcheur de l’ASTTL était également un attaquant hors pair. Obtenant également lui aussi un 98 en attaque, ses tops coups droits incessants sur toute la table lui ont permis d’arriver aux portes du classement 19. Servant souvent long pour prendre l’ascendant, ses services crédités d’un 92 servaient réellement son jeu. Même s’il était un adepte des McDonald’s, la rédaction ne lui en a pas voulu en lui accordant un 85 de physique qui lui permettait de bien bouger et prendre tout en coup droit et de bien se débrouiller à mi-distance comme en atteste son 93 de défense.

L’avis de Corentin Hue : le pur gaucher il me semble, un jeu à mi-distance avec démarrage des deux côtés, un bon joueur.

 

On en vient ensuite à Emmanuel désert qui se voit attribuer une note générale de 91. Malheureusement pour lui, la note de chien de traîneau n’apparaît pas sur ces cartes Ultimate team car il aurait pu prétendre à une note encore meilleure avec un tel mental qui manque aujourd’hui à beaucoup de joueurs de l’ASTTL. Le reste de sa carte est plutôt équilibré avec notamment un 84 en agilité qui vient récompenser la complétude de son jeu. Joueur offensif avec un 86 d’attaque, il n’était néanmoins pas ridicule pour jouer en contre avec un solide 78 en défense.

L’opinion de Corentin Hue : emblématique président de l’asttl (une meuf devrait s’en inspirer), un bon joueur.

 

On en vient enfin à Florent Delattre qui minore donc cet épisode des cartes Ultimate team. Néanmoins, il fait déjà partie des légendes, ce qui peut paraître surprenant à la vue de sa note de physique de 18 qui est égale au nombre de tacos qu’il a mangé depuis le début du mois. Alors certes, Florent n’a jamais su servir court coupé mais sa note de 93 en service lui permettait de mettre en place son jeu de contre. Avec un 98 en défense, il fallait à sa grande époque faire un grand nombre de tops avant de le dépasser. Et que dire de son top revers qui est jugé par le magazine « L’équipe » comme le plus beau de l’histoire du tennis de table si bien que Florent se voit attribuer une note de 88 en agilité. Aujourd’hui, son retour probable au sein de l’ASTTL fait jaser toute la presse sportive. Les rumeurs se vérifieront-elles dans les mois à venir ? En tout cas, l’espoir de la renaissance de la Team Zaza commence à faire son chemin.

Que dit Corentin Hue ? : c’était un bon joueur quand il avait encore des cheveux, dommage que le physique n’est pas tenu la route.

 

C’est ainsi que ce termine ce numéro légendaire qui aura rappelé à tous les anciens de l’ASTTL de bons souvenirs. Bien entendu, on espère que toutes ces légendes décideront de reprendre le chemin du gymnase Mimoun car « le ping-pong, c’est un beau sport mais trop non plus… ». La rédaction vous donne maintenant rendez-vous pour un dernier volet des cartes Ultimate team de l’ASTTL qui verra la présentation de la carte d’un seul et unique joueur. Mais qui donc apparaîtra dans ce numéro choc ? Malheureusement, il vous faudra attendre quelque temps avant de connaître la réponse.


On se retrouve aujourd’hui pour le troisième numéro des « Joueurs de l’ASTTL jugés par les joueurs de l’ASTTL » consacré cette fois-ci au célèbre Alexandre Fromager. Tout fraîchement nommé directeur sportif cette année, il est fort probable que les avis des différents compétiteurs de l’ASTTL aient été influencés par ce statut afin d’entrer dans ses petits papiers. Malgré cela, il n’en pas demeure pas moins qu’Alexandre a toujours eu un jeu très agréable à affronter et regarder au gymnase Mimoun. Est-ce que les joueurs de l’ASTTL partagent l’opinion de la rédaction ? La réponse est dans les lignes qui suivent.

 

L'avis de Corentin Hue : Tout d’abord je voudrais clarifier qu’Alexandre fut mon premier entraîneur, cela est dû à ça que j’ai un piètre revers. En effet Alexandre nous entraînait principalement en coup droit sûrement parce qu’il avait la flemme et qu’il ne voyait pas le potentiel d’un grand joueur en moi. Sinon sur son jeu, je pourrais dire que c’est un jeu propre à mi-distance avec démarrage des deux côtés. Cependant quelques faiblesses apparaissent depuis quelques années notamment dans les déplacements, en même temps il est plus tout jeune le bougre ou peut être que c’est autre chose (excès de consommation d’houblon). Il y a aussi son service qui est 3 fois trop long et lui-même ne sait même pas ce qu’il met dedans. Et pour finir un coup qu’il pourrait apprendre de moi, c’est la frappe coup droit. Alexandre est un des seuls joueurs que je connaisse qui ne sait pas frapper sur une balle haute, bon ça ne vaut pas la poussette balle haute de baptiste mais c’est pas mal aussi. Allez la bise.

 

L’avis de François Da Roit : Alors Alexandre est devenu mon idole du club. Non seulement parce qu’il est mon directeur sportif favori, le plus pertinent que le club n’a jamais eu, le plus objectif dans ses choix, le plus stratégique, le plus tout quoi (j’ai ma place en R là ???) mais surtout qu’il est le seul à m’avoir sorti une roulette où même lui semblait aussi surpris que moi...Côté jeu, je me demande seulement pourquoi il prend de telles poses au moment de servir ???? Et J’espère qu’on se fera une petite partie de boule avec tonton jojo un de ces quatre.

 

L’avis de Barbara Jansen : Alors voilà... Notre première rencontre pongistique fut détonante car nous n'avions pas de raquettes dans nos mains mais... des poêles ! Comment qualifier son jeu à ce moment précis ? Discret mais efficace ! Vous allez vous dire, bien sûr, il a gagné ! Oui en effet, même si ce n'était pas forcément écrit dans le marbre car il s'est révélé que j'étais meilleure avec une poêle qu’avec une raquette ! N'est-ce pas Nico ? Cette rencontre fut le début d'une belle histoire d'amour car monsieur Fromager est devenu l'homme de ma vie et la relève est maintenant assurée avec une petite poulette qui adore déjà supporter son papa ! Allez ! Allez ! C'est mon papa ! J'aime beaucoup le voir jouer à Mimoun même si cela me procure énormément de stress ! Le fait de connaître un peu ce sport étrange et fascinant m'a permis de comprendre qu'il était parfois difficile de garder son sang-froid et je suis donc moins choquée lorsque la raquette vole dans le ciel. Au niveau de son jeu, bein entendu, pour moi, c'est le meilleur du club ! Personne ne lui arrive à la cheville ! J'ai hâte de revenir le voir jouer avec la petite tribu !

 

L’avis de Mattéo Fernandes : Je pense que c’est un joueur complet puissant physiquement. Il peut faire des grosses perfs tout comme des grosses contres #OnNoubliePasJeanYves. Sinon à l’entraînement c’est toujours un plaisir de jouer contre lui !!!!

 

L’avis d’Aurélie Guerrier : Un nouveau directeur sportif qui a toujours su montrer l'exemple aux petits et grands en étant le seul à s'échauffer par le biais de ses tours de salle. En espérant avoir l'occasion un jour de voir son foie mis à rude épreuve, autant qu'il le fait avec son cardio, autour d'une pyramide. Tchin.

 

L’avis de Philippe Roland : Est un joueur en compétition qui devrait pendre moins de risques car il n'est plus 35. Et y gagnerait. Il a un bon revers, quand il passe. Presque aussi bon que celui de Florent. A l'entrainement : il n'est pas souvent là, manque de régularité, pourtant un peu plus d'heures et le voilà meilleurs. Je me fais rivale. Il n'est pas très expressif. Je ne sais pas trop ce qu'il pense. Il est apprécié de l'équipe 1. Pour savoir en tant que Coach c'est compliqué, il n'a pas eu la possibilité de se faire connaître. Personnellement, je n'ai jamais eu de retour.

 

L’avis de Nicolas Mersch : Un régal pour les yeux ! Un vrai beau jeu d'attaque propre. Capable de démarrer en CD sur toute la table dès que la balle est sortante. Devient redoutable quand il est en confiance et ose davantage, notamment côté revers, mais aussi dans le petit jeu. Il pourrait facilement jouer 18 s'il ne tentait pas 3 roulettes par sets. Avant le coup d'arrêt lié au confinement, ça recommençait à jouer vraiment bien, j'ai même cru à un moment qu'il avait retrouvé son niveau 14.

 

L’avis de Léonard Chatoux : Alors pour Alex, je dois dire d'abord que c'est un ou même le meilleur joueur du club niveau top. Il a un mental solide et c'est toujours un plaisir de jouer contre lui.

 

L’avis de Baptiste Jacob : Pour parler de notre cher camarade Alexandre, je vais d’abord commencer sur un plan humain et amical ! Mon petit Alex est une des plus belles rencontres au sein de l’ASTTL. Cela ne fait pas longtemps que je suis au club et nous avons déjà de très bons souvenirs ensemble ! C’est un gars simple gentil et je ne pense pas me tromper avec le cœur sur la main ! Sur un plan sportif, les deux trois matchs joués l’un contre l’autre sont souvent allés à la belle. J’ai plaisir à jouer contre lui, il me fait bien jouer ! Sinon contre les adversaires c’est également plaisant de le voir jouer ! Comme il dirait si bien on n’est pas venu là pour anc.... des mouches ! On va jouer au ping-pong, c’est un beau sport ! Au plaisir de se revoir et de rejouer ensemble !

 

Voilà qui termine le tour de table concernant le jeu d’Alexandre Fromager. Visiblement, le directeur sportif a bien inspiré les joueurs de l’ASTTL. Si vous souhaitez que la page de l’ASTTL reste forte, n’hésitez pas à laisser un like et on se retrouve ce week-end avec de nouvelles cartes Ultimate team.

Coup de projecteur aujourd’hui sur la cellule de recrutement de l’ASTTL qui a réussi des gros coups en un peu plus d’un an. En effet, elle est parvenue à recruter Arnaud Dujardin classé 16, Aurélie Guerrier classée 11 et Maxime Barbot classé 15. La rédaction vous propose ainsi un tableau récapitulatif concernant ces trois recrues qui constituent des réussites assez exceptionnelles.


Ne vous inquiétez pas outre mesure si votre compagnon est pensif ces temps-ci...


« Le jour où » : la R3 affronte Gatteville-le-Phare en février 2021.

 

Joueur de match aujourd’hui en ce samedi 30 février entre l’équipe réserve de l’ASTTL et la vaillante équipe de Gateville-le-Phare. Un match de milieu de tableau entre deux équipes qui ont à coeur de montrer qu’elles peuvent jouer le haut de tableau. Les lexoviens ont l’avantage du terrain puisque le match se déroulera dans la partie du gymnase Mimoun où il n’y a pas de place pour reculer à cause du bureau. Le capitaine Corentin Hue affiche de plus une équipe particulièrement pimentée avec Quentin Dehennot, Léonard Chatoux, Philippe Roland et la surprise du jour Florent Delattre qui fait son grand retour à la compétition. Un petit peu diminué par un steak tartare la veille, Corentin Hue a préféré céder sa place pour encourager chaudement ses joueurs. En face, le capitaine Alain Verse a titularisé Gaspard Alizan, Igors Dehors, Jacques Xellerre et lui-même. Avec trois 13 ayant le même classement depuis le 17 octobre 1997, c’est une équipe solide qui va faire face à nos lexoviens.

 

La partie commence fort pour les visiteurs puisque Gaspard Alizan l’emporte sèchement 3 sets à rien face à un Quentin Dehennot totalement paralysé dans ses faits et gestes. Mais juste à côté de lui, Philippe Roland réussit une belle performance en s’imposant à la belle contre Alain Inverse même si une bagarre a failli éclater entre les deux hommes car Philippe semblait vouloir la lui faire à l’envers. 1-1, c’est à ce moment que Florent Delattre entre en piste. Un peu stressé pour son retour, il s’incline aux avantages lors des deux premiers sets. Mais après une nouvelle gorgée de Powerade, c’est le déclic pour Florent qui commence à rentrer des jolis revers sous l’oeil ébahi de François Da Roit. Soulevant la foule, Florent réussit à renverser la vapeur à coup de « Allez la !! » et de crachats dans le mur. Et c’est bien lui qui a le dernier mot dans ce match qu’il remporte 11-9 à la balle sur une poussette bas du filet et un gros « Tchô!!! ». Scénario inverse comme Alain pour Léonard qui remporte les deux premiers sets contre Jacques Xellerre qui décide alors d’accélérer pour s’imposer lors des 3 sets suivants.

À 2-2, c’est alors que le capitaine Corentin Hue convie ses joueurs dans le vestiaire pour un discours endiablé prônant les valeurs de l’esprit d’équipe. Regonflés à bloc, les joueurs repartent à l’assaut de Gatteville-le-Phare qui semblent prêts à en découdre. Mais malheureusement, la tendance reste la même lors des quatre rencontres suivantes puisque le score est de quatre partout avant les doubles. Constatant que le speech de Corentin Hue n’a pas fonctionné, c’est alors le moment où Florent Delattre décidé de renvoyer son capitaine chez lui pour prendre les choses en main. Il décide alors de former un double avec Philippe Roland. Au cours du match, la tension entre les deux hommes est palpable d’autant plus lorsque Philippe engueule Florent à la suite d’un contre top loupé alors que Philippe avait loupé ses six derniers retours de service. Malgré tout, les deux hommes oublient leurs différends pour remporter ce match à la belle dans la douleur. À la fin du match, ils se serrent même la main en guise d’amitié, provoquant alors une standing ovation du public venu en masse au gymnase Mimoun encourager la R3. Malheureusement, l’autre pair de double s’incline si bien que l’on en reste toujours à un score de parité.

Juste après les doubles, c’est Quentin et Florent qui retournent au charbon. Un peu émoussé par les efforts déjà consentis, ce dernier semble traîner la patte lors de cette rencontre. L’inévitable arrive alors au troisième set lorsque Florent Delattre alors mené 0-2 1-10 abandonne le match par épuisement physique alors que tout restait à faire dans ce match. Heureusement, le moyausain Quentin Dehennot réussit une master class contre Igor Dehors qui s’en va alors lâcher ses nerfs dehors. À 6-6 la tension est alors à son comble et tout le public retient alors son souffle à quelques minutes du dénouement de ce match. C’est alors que le gardien du gymnase Philippe entre en scène et déclare « Tout le monde dehors » car il n’avait pas été prévenu que le match finissait après 18h30. Fin du match donc pour les deux équipes qui décident d’aller se restaurer ensemble après avoir sympathisé. Connaissant les bonnes adresses du coin, c’est tout naturellement que la R3 leur propose d’aller dîner au Buffalo Grill pour déguster un Famous Bacon Burger. Outré par cette décision, Florent Delattre décide de ne pas se joindre à eux et passe au drive récupérer un 280 et un triple cheese pour passer une soirée au calme devant Fifa.

 

C’est ainsi que se termine le résumé de ce match qui restera dans les annales. Du suspense, de la passion et du beau jeu, c’est bien pour cela qu’on aime le ping-pong.


Après la R2, la R3 et la D1, c'est au tour de l'équipe féminine de l'ASTTL de se voir attribuer son starting pack. Cela tombe bien puisqu'une décennie nous sépare maintenant de l'époque où une équipe féminine existait à l'ASTTL. Bon bah, si vous souhaitez la rejoindre, il reste des places libres dans cette équipe cette fois-ci. L'histoire est à écrire d'autant plus que vous aurez probablement la chance de former une équipe avec la présidente Nathalie Migliorin... si elle n'est pas recalée au test d'effort cette fois-ci.


La rédaction est aujourd’hui de retour afin de vous remonter le moral à la suite de l’arrêt provisoire du tennis de table pour les jeunes dès la semaine prochaine. Aucun changement donc pour les adultes mais le gymnase Mimoun restera donc totalement fermé pendant quelques semaines. Heureusement, les cartes Ultimate Team de la D1 arrivent aujourd’hui pour rendre le verdict sur cette équipe qui avait réalisé des performances encourageantes lors des trois premières rencontres de la saison. Il est donc à espérer que les professeurs n’auront pas été trop durs au moment de les noter. En tout cas, il faudra pour la D1 entretenir les belles promesses de ce début de saison lorsque la compétition reprendra.

 

On commence par la plus belle carte de cette équipe avec Vincent Flavier qui obtient un joli 69. Une carte plutôt équilibrée pour ce dernier qui pêche simplement au niveau de la défense. Vincent n’a pas encore retrouvé son meilleur niveau mais il reste toujours un joueur solide comme le montrent son 75 de physique ou son 72 d’agilité grâce à sa bonne maîtrise de nombreux coups pongistes.

 

Vient ensuite Augustin dont la progression a été très importante ces derniers mois. Un 68 vient récompenser ses progrès. C’est principalement ses dispositions défensives avec un 82 qui viennent remonter sa note. Solide également physiquement avec un 75, ce joueur doit néanmoins faire des efforts au niveau de son jeu offensif avec son 42 totalement justifié en raison notamment de sa fébrilité lorsqu’Augustin doit faire le jeu.

 

On retrouve également avec un 68 Mattéo Fernandes qui bénéficie notamment de l’amélioration de son physique ces derniers mois récompensée par un bon 77. Joueur offensif, il obtient un 75 en attaque. Reste maintenant à améliorer sa gestuelle qui lui permet d’obtenir uniquement un 65 d’agilité. Bien entendu, sa note globale aurait encore pu être plus élevée si la note « piston » apparaissait dans ces cartes puisqu’il aurait probablement obtenu la notation maximale de 100.

 

En quatrième position, on trouve le fameux François Da Roit qui échoue juste derrière avec un 66. Force est de constater que notre chasseur présente une carte totalement déséquilibrée. Jugé presque parfait, son physique de 99 est sans égal à l’ASTTL. Malheureusement, son manque de lecture dans le jeu adverse fait plonger sa note d’effet à 35. Il obtient cependant le double pour son jeu d’attaque qui s’améliore sans cesse.

 

Enfin, le discret Louis Moulin obtient une note de 64. Mais nul doute que vous apprendrez à mieux connaître prochainement ce joueur au fort potentiel. Son aisance technique lui permet déjà d’obtenir un 73 en agilité tandis qu’un jeu offensif très propre lui procure un 71 en attaque. On espère maintenant que les entraînements de Xiang lui permettront de progresser aux services.

 

Ca y est, la D1 a enfin obtenu ses notes après de longues semaines d’attente. Et il fort à parier qu’une bonne partie de ces 5 joueurs sont destinés à monter dans la hiérarchie du club dans les années à venir. La rédaction vous souhaite une bonne journée et vous dit à très bientôt pour de nouvelles aventures.


La nouvelle rubrique « Les joueurs de l’ASTTL jugés par les joueurs de l’ASTTL » est aujourd’hui de retour en s’attaquant à Roger Brethès. Cela fait maintenant un petit bout de temps que ce dernier a battu tous les records de présence de l’entraînement. Très investi et en net progrès, Roger est désormais même capitaine de sa D4. Mais que pensent alors ses compères de sa façon de jouer et de son niveau de jeu. Est-ce impressionnant de faire face à Roger pour un match d’entraînement ? Un nombre record de joueurs a répondu à ces questions pour cet article dont le sujet suscite toutes les passions.

 

L’avis de François Da Roit : Quand Roger rentre dans la salle tout le monde se sent rassuré. Même si Mattéo met le feu, Roger est là pour l’éteindre ! Roger est un joueur aillant un point commun avec Stéphane, Philippe ou moi, celui d’avoir commencé sur le tard. Malgré cela, Roger est un joueur qui, lors des entrainements, se donne à 200%, ce qui fait que ses progrès depuis un an sont indéniables surtout dans ses déplacements et ses prises de risques dans le jeu. Après en match, je n’ai pas eu l’occasion de le voir. Pour finir, j’aime bien jouer contre lui car il compte les points.

 

L’avis de Nicolas Mersch : Le jeu de Roger, un rêve. Je crois que la planète tennis est unanime, c'est le GOAT. Cette sensation de voler sur le terrain, ce palmarès de dingue, ses prises de balles précoces, quel créateur, un génie. Dommage que la retraite approche.

 

L’avis de Baptiste Jacob : Alors que dire de notre ami Roger qui est toujours de bonne humeur ! Toujours partant pour aller jouer en R3 dans la fin fond de l’Orne ! Avec une motivation à en faire pâlir plus d’un ! Dans le jeu il est au commencement de sa carrière qui s’annonce belle j’espère ! Mais pour l’avoir peu côtoyé je retiens surtout sa bonhomie et sa motivation !

 

L’avis d’Alexandre Fromager : Je dirais que Roger rhyme avec passionné ! Même si techniquement ça n'est pas le meilleur, il a déjà beaucoup progressé dans l'ensemble de son jeu grâce à son assiduité à l'entraînement ! D'ailleurs c'est toujours un plaisir de taper la balle avec lui à la salle. C'est aussi un capitaine irréprochable malgré les difficultés liées à la covid cette saison...

 

L’avis de Léonard Chatoux : Jeu très spécial et original. Coup droit un peu faible mais peut t'envoyer un revers de nulle part à un moment donné dans le match.

 

L’avis de Florent Delattre : Mon ressenti quand je joue contre Roger ? Aucune idée, les rares fois où que cela aurait pu se produire, son biper a sonné et le temps que j'aille ramasser une balle il était déjà à 1KM du gymnase.

 

L’avis d’Aurélie Guerrier : Comment passer à côté de Roger, ce phénomène qui embaume la salle plus que quiconque et anime les entraînements grâce à ses appels téléphoniques du SDIS ?

Muni d'un physique d'ex-triathlète et d'une brève expérience en ProB l'an passé, il a tout d'un parfait capitaine de D4.

Impossible de trouver un joueur qui mettra plus d'envie dans ses matchs, et de sympathie envers ses coéquipiers. En effet, Roger est plein d'envie et a toutes les armes pour progresser. Il ne manque plus qu'à maîtriser les effets (Aspect non négligeable du ping pong).

De plus, grâce au début de cette nouvelle phase, il est de nouveau classé 500. On croit en lui pour les futures années.

"À l'issue d'une bonne séance, je sors toujours ma grosse lance", telle est sa devise.

 

L’avis de Mattéo Fernandes : Malgré́ des déplacements encore trop faibles. Roger arrive à accrocher des grands joueurs tels que notre buveur de bières expérimenté́ Corentin Hue. Son coup droit bénéficiant d’une rotation inégalable lui permet les exploits dits précédemment.

 

L’avis de Nathalie Migliorin : Roger’s est aussi investi au tennis de table, que lorsqu’il exerce l’un des plus beaux métiers du monde en tant que sapeur-pompier !!! Même s’il ne sauve pas tous ses matchs, il a le mérite de sauver des vies...

 

L’avis de Corentin Hue : Je dirais que Roger a un jeu atypique sûrement à sa venu sur le tard pour le tennis de table. Je retiendrai surtout son envie de progresser et d’accompagner les jeunes en compétitions. Effectivement ce n est pas le joueur le plus technique mais on sens un réel amour du jeu.

 

L’avis de Stéphane Plantrou : Joueur tout en puissance avec des services qui peuvent déstabiliser même les joueurs aguerris. Joueur polyvalent qui peut passer de la D4 à la Régionale en passant par la D3.

 

C’en est tout pour notre Roger national mais cet article nous aura permis de constater qu’il est très populaire au sein du club en raison de sa sympathie. Qui sera maintenant le prochain à recevoir des avis sur son jeu ? La réponse arrivera dans quelque temps. D’ici là, on se retrouve tout d’abord vendredi pour les cartes Ultimate Team de la D1.


Aujourd'hui, la rédaction revient avec le Starting de la pack de la R3. Cela vous permettra ainsi d'assimiler tous les élément de cette équipe qui a surpris au cours des trois premiers matchs de la saison. Devant ces performances, il ne sera pas facile de prendre une place de l'un des joueurs de l'équipe 2 mais vous pouvez toujours tenter votre chance si vous maîtrisez ces cinq éléments.

 

A très bientôt et portez-vous bien d'ici là


Nostalgie, quand tu nous tiens…

 

Aujourd’hui, l’ASTTL se remémore une époque où le pôle communication avait les moyens de faire les vignettes des articles sur Photoshop et non sur Paint. Chaque week-end de compétition rimait alors avec une nouvelle affiche de match. Evoquant la Saint-Valentin ou encore les pirates, ces affiches étaient au niveau du club qui évoluait alors en Pré-National. Maintenant, l’équipe fanion lutte pour ne pas descendre en R3 mais ça, c’est un détail. L’occasion est donc belle pour la rédaction de demander au bureau l’achat de Photoshop pour des créer des posts de qualité supérieure comme à l’époque. Après, le pôle avait déjà demandé à Noël le Canon 90 ESO avec l’objectif EF 75-300mm/4-5.6 III USM à 1500 euros mais le bureau avait rétorqué cette demande…

 

Profitez donc de ces affiches que nous ne sommes pas près de revoir !


L'ASTTL est actuellement à la recherche d'un artisan plaquiste afin de réparer le trou dans le placo d'un mur du chaudron causé par une course effrénée de Mattéo Fernandes. Bien entendu, en tant que fils de la présidente, aucune remontrance n'a été faite à son égard(le piston jamais ne s'arrêtera!) mais il n'en demeure pas moins que ce trou doit disparaître au plus vite. Le club est de toute façon habitué à ce genre d'incident lorsqu'à chaque édition des 24h, un numéro lâche ses nerfs sur le placo à la suite d'une défaite contre un 9 qui sort le match de sa vie.

 

N'hésitez donc pas à envoyer un devis à notre trésorier Corentin Hue qui étudiera chacune des offres avec sérieux.

 

PS : Proposez un prix raisonnable car le budget buvette risquerait d'en pâtir sinon.


Qui n’a jamais eu envie de savoir comment les autres joueurs voyaient notre façon de jouer ? Que ressentent nos adversaires lorsque nous les affrontons ? Heureusement, la rédaction va s’occuper de répondre à ces questions existentielles dans cette nouvelle rubrique intitulée « Les joueurs de l’ASTTL jugés par les joueurs de l’ASTTL » dans laquelle nos joueurs passeront chacun leur tour au révélateur. Pour ce premier numéro, plusieurs lexoviens ont analysé le jeu du célèbre Nicolas Mersch dont la façon de jouer ne cesse de surprendre depuis bientôt trois décennies. Laissons donc la parole tout de suite aux licenciés de l’ASTTL pour nous raconter le jeu du nouveau numéro un du club :

 

L’avis de Stéphane Plantrou : Je ne joue pas beaucoup avec Nico mais voilà mon ressenti : un touché de balle exceptionnel avec un revers destructeur, avec changement de rythme au cours de la partie du style petite balle amortie derrière le filet. Balle qui revient on ne sait comment par moment. Je préfère lorsqu'il joue de la main gauche ou là je peux avoir ma chance.

 

L’avis de Mattéo Fernandes : Main gauche : Plutôt pas mal , une bonne rotation. Main droite : il a pas encore changé car il gagne encore main gauche.

 

L’avis de Colas Chatoux : A chaque fois que joue contre lui, je bouffe au moins 5 de ses services par set... il sert très bien. Je préfère jouer à mi-distance que près de la table parce que j’ai plus de temps. Après niveau mental heu parfois c’est génial mais alors d’autres fois... Gros touché de balle. Je pense que Nico a le jeu pour battre beaucoup de joueurs mais il est trop tenté par le beau jeu et les balles de « merde » mais bon ça fait son charme.

 

L’avis de François Da Roit : Difficile de juger du jeu de Nico car franchement je ne l’ai jamais vu faire un match en championnat. Mon jugement sera donc celui d’un adversaire. Et je dois dire que d’un point de vu déplacement et esthétisme, bah c est pas loin d’être le modèle du club et pourtant voir revenir à chaque fois sa balle dans sa partie de table forge le respect ! Par conséquent, Il compense ses lacunes physiques par une très bonne lecture du jeu adverse !!! Aussi, très bons sens de l’anticipation surtout sur mon service à force on ne sait plus quoi faire de peur de se prendre un pain... Il a également un don remarquable pour m’énerver avec ses qualités de service également que je n’arrive pas encore à lire et que dire de ses merscheries accompagnées de son petit sourire en coin après avoir réussi à t humilier avec son 36ème effet de merde !! Tout ça pour dire qu’il a donc un certain talent pour maitriser les effets sur la petit balle, c’est pour moi Le meilleur du club sur ce critère et voir même un modèle !! Bref jouer Mersch, c’est comme boire une bière pas fraîche, c’est pas agréable mais on en reprend en espérant qu’elle sera meilleure la prochaine fois ...

 

L’avis de Corentin Hue : Joueur avec beaucoup de touché de balle. Un jeu très atypique à base de service et de rotation. Solide en démarrage en revanche le physique est un point noir.

 

L’avis d’Alexandre Fromager : Je dirais que Monsieur Mersch a un jeu très polyvalent avec un très gros toucher de balle. Cependant il y a eu une nette évolution dans son jeu depuis l'arrivée des balles plastiques, il est maintenant beaucoup plus dangereux et efficace quand il est agressif et offensif ! Évidemment ses services restent un gros point fort ! Dans le rayon des points faibles je dirais qu'il est en difficulté contre des joueurs qui ne mettent pas de poids dans leurs balles, il ne peut donc pas s'appuyer dessus. Autre défaut, grosse allergie aux poireaux !

 

L’avis de Florent Delattre : Toujours servir long et rapide sur Nico ! Ça permet d'éviter de prendre une merscherie dès le retour de service !

 

L’avis de Quentin Dehennot : Dans le vrai jeu, il est vraiment difficile de remettre ses services. Pour le reste, c’est incontestablement le roi du pingtéléphone. Il n’est par ailleurs rarement battu avec une poêle. Autant dire qu'aucun ustensile ne lui résiste pour jouer au ping-pong. On peut dire qu’il est aussi à droit qu'à gauche.

 

Voilà donc ce qui ressort de l’audit du jeu de Nicolas Mersch. La rédaction espère que cette séance de développement personnel permettra à l’intéressé de grandir. Qui sera maintenant le prochain à voir son jeu analyser de fond en comble ? Mais avant cela, on se retrouve très bientôt avec une interview comme à l’ancienne.


Joyeux Noël à tous les pongistes de l’ASTTL et à tous ceux qui suivent cette page ! Profitez bien de ce réveillon avec votre famille avant que la rédaction ne vous accable de nouveau de posts plus stupides les uns que les autres.

En espérant que le père noël sera généreux avec de jolis revêtements Donic et un joli survêtement Banco...non du coup on espère que vous recevrez des cadeaux bien plus réjouissants !

 

 La bise à distance et à très bientôt !

 

PS: si vos enfants ont fini tout le Coca-Cola à 20h30, il en reste dans le frigo de la salle comme la présidente l’a rempli récemment. Ce frigo est en libre service tous les jours de l’année de toute façon.


Certains joueurs ne souhaitent peut-être pas rejoindre l'équipe une de l'ASTTL mais plutôt celle de la D1. C'est pourquoi la rédaction vous donne aujourd'hui quelques conseils afin de connaître toutes les choses à maîtriser pour intégrer la D1. Force est de constater que ce "Starting pack" est plus attirant que celui de la R2 même si personne n'a encore trouvé l'équipe parfaite à l'ASTTL.


Tout le monde pensait cette rubrique vouée à disparaître des mois durant mais le « top des progressions mensuelles » est bien de retour en décembre ! La rédaction s’est en effet procurée des informations confidentielles concernant la mise à jour des classements des pongistes à la suite des nombreuses rencontres disputées en novembre. Ne perdez pas du temps à les chercher dans votre coin, seul le pôle communication a eu accès à ces progressions grâce à ses relations privilégiées avec la FFTT. Mais qui a remporté le plus points au cours des 30 derniers jours ? Voici donc le fameux top 5 de l’ASTTL pour ce mois-ci :

 

1-Nathalie Migliorin(+0 point) : La présidente se hisse au sommet de ce classement au terme d’un mois ponctué d’un succès historique sur la page de l’ASTTL grâce au numéro de « Secrets d’Histoire pongiste » consacré à sa carrière. Sur le plan sportif, elle réalise la performance de n’avoir fait aucune faute en coup droit. C’est donc naturellement qu’elle réalise le plus grand bon en avant du club sur son classement. Il ne reste plus qu’à confirmer dans les mois à venir.

 

2-Roger Brethès(+0 point) : Quel mois pour notre Roger national qui a dégoûté tout ses adversaires grâce à son revers digne du légendaire suisse de 39 ans. Très investi à l’entraînement, ce mensuel vient récompenser tous les efforts entrepris depuis plus d’un an. Maintenant capitaine de son équipe, rien ne semble pouvoir arrêter sa progression.

 

3-Philippe Roland(+ 0 point) : Une nouvelle fois, PR a prouvé qu’il jouait son classement. Très à l’aise avec ses 1157 points, il reste stable grâce à une belle progression qui lui permet d’occuper la troisième place du podium.

 

4-Florian Robine(+ 0 point) : Invaincu depuis le début de saison, Florian continue son petit bonhomme de chemin en novembre où il a enchaîné les performances solides. Vendant à tour de bras des boîtes de Paymobil, ce mensuel vient ponctuer une phase très réussie.

 

5-Arnaud Lesage(+ 0 point) : Nono est bien toujours présent dans ce classement cinq ans après son arrêt. Pas de frappe coup droit avec son soft à l’horizon mais cela suffit pour apparaître dans ce classement. L’ancien 19 s’est bien porté ce mois-ci et c’est avec une pointe de nostalgie qu’il fait son retour sur le plan sportif sur la page de l’ASTTL.

 

Malheureusement, la rédaction n’est pas en mesure de vous fournir les progressions en termes de classement des autres joueurs de l’ASTTL. Mais pour vous faire une idée, leur nombre de points devrait avoir augmenté ou baissé de 0 point environ. On espère quand même que les chiffres seront plus élevés en février lorsque la compétition reprendra. A très bientôt sur la page de l’ASTTL !


Bonjour et bienvenue dans ce nouveau numéro de Secrets d’Histoire pongiste consacré aujourd’hui à la carrière tyrannique de Nathalie Migliorin. Présidente de l’ASTTL depuis maintenant quelques mois de l’ASTTL, elle règne sur le club d’une main de fer. Entourée d’un bureau rajeuni, elle s’épanouit dans son nouveau rôle qui lui permet de pistonner son fils Mattéo. Appréciée au sein du club pour sa disponibilité et sa gentillesse, découvrez-la maintenant dans un récit historique qui risque de marquer toute une génération.

 

2020 : Recalée au test d’effort.

 

C’est ainsi que se termine ce quatrième numéro de Secrets d’Histoire pongiste. France 2 espère que ce volet très dense aura enrichi votre culture pongiste. Et si vous souhaitez apporter votre contribution à cet article, n’hésitez pas à faire part de vos remarques dans l’espace des commentaires. Stéphane Bern vous donne rendez-vous prochainement pour le déjà cinquième numéro de cette série.


Les professeurs se sont une nouvelle fois réunis afin de rendre leur verdict sur la R3. Force est de constater que conseil de classe a attribué des bons points à cette équipe qui surprend depuis le début de l’année. Cependant, tout n’est pas parfait et un avertissement a été adressé dans le but d’éviter tout relâchement pour la suite de la saison. Mais trêve de bavardage et place aux cartes Ultimate Team des joueurs de l’équipe réserve. Bien entendu, ce poste est de nouveau en partenariat avec l’analyste de la performance sportive Corentin Hue qui a ajouté ses commentaires pour chaque joueur.

 

On commence avec le prometteur Léonard Chatoux qui obtient une belle note de 72. Avec une belle panoplie technique, ce jeune joueur décroche un joli 78 d’agilité. Sachant attaquer et défendre malgré son gabarit, ces 73 ne sont pas volés. Il reste maintenant à améliorer le service pour grimper et se rapprocher des compétiteurs de l’équipe fanion.

L’avis de l’analyste de la performance sportive : Petit par la taille mais grand par le talent. Cependant, attention au manque de régularité.

 

On retrouve à égalité le brillant Corentin Hue avec une note de 72. Si les effets ne sont clairement pas son point fort, le trésorier de l’ASTTL se rattrape sur le plan de l’attaque avec un joli 82. Amateur du ping-pong champagne, ces belles notes de physique de 75 en défense et 78 en physique ne surprendront pas tous ses admirateurs.

Le mot de l’analyste sportif : N’a jamais été aussi bon.

 

On en vient maintenant à Philippe Roland qui jouit d’une carte au design « old school ». Même si un déséquilibre apparaît dans ses notes, Philou obtient tout de même un solide 70. Joueur offensif et capable de mettre de l’effet, son 76 en attaque n’est notamment pas volé. Reste maintenant à améliorer son physique qui lui dessert dans ses déplacements.

Le mot de l’analyste de la performance sportive : Rien à redire, continue comme ça.

 

Enfin, on termine par le célèbre Quentin Dehennot avec une note intéressante de 68. Son 53 en service peut surprendre au vu de l’effet important dans ses services. Cependant, Quentin n’est pas loin d’en louper trois par set. Pour compenser, le 75 en effet est tout à fait justifié tout comme son physique à 82 qui ne faiblit jamais. Faisant les plus beaux tops revers du club après Florent Delattre, la note de 75 en agilité fait tout à fait sens. Le 69 en attaque est plutôt correct même s’il pourrait être beaucoup plus haut avec moins de déchets en démarrage.

Le regard de l’analyste sportif : Un début de saison inespéré, des efforts à poursuivre.

Et en bonus, le mot de la rédaction : L’idole de toute une génération, un talent inégalable.

 

C’en est fini pour les cartes des équipes régionales. Le prochain conseil de classe concernera donc les joueurs de la D1 qui ne risquent pas d’être épargnés. Espérons tout de même que les professeurs seront être indulgents pour cette équipe prometteuse.


Pour tous ceux qui rêvent de rejoindre l'équipe 1 de l'ASTTL, la rédaction vous donne aujourd'hui un petit coup de pouce avec ce starting pack qui vous permettra de connaître toutes les choses essentielles à maîtriser pour jouer en R2. On espère que ces conseils vous sauront profitables et que le directeur sportif Alexandre Fromager vous laissera votre chance dans les mois à venir.

 

PS: Ce starting pack ne donne clairement pas envie de rejoindre la R2. On a même plus envie de la fuir.


La rédaction s'excuse de vous donner l'eau à la bouche avec ces rituels qui n'ont lieu qu'au chaudron !


 

Bonjour et bienvenue dans ce troisième numéro de Secrets d’Histoire pongiste consacré aujourd’hui à la carrière déjà très riche de François Da Roit. Après seulement trois année de pratique, il fait partie des visages montants de l’ASTTL à tel point que les plus grands spécialistes lui prédisent des succès historiques dans les années à venir. Mais quelles sont les raisons qui les poussent à porter de telles conclusions ? Découvrez-le dès maintenant dans ce nouveau récit.

 

 

1977-2014: Une vie éloignée du milieu pongiste

Contrairement à d’autres pongistes célèbres de l’ASTTL, le tennis de table ne fait pas partie des premiers amours de François Da Roit. Plus jeune, il pratique le tennis à un bon niveau qui lui permet d’atteindre le classement 15. À 18 ans, François devient même champion de l’Orne junior. Mais juste après cette victoire annonciatrice de succès futurs, le malheur s’abat sur notre jeune joueur qui contracte une blessure à l’épaule droite. Après neuf ans de matchs endiablés sur tous les courts de l’Orne, François est contraint de mettre à terme à sa carrière de tennisman pour le plus grand bonheur de ses rivaux. Malgré cet arrêt du tennis, François ne prend pas la direction du tennis de table. Cependant, il prend bien celle du Calvados pour le travail avec son IUT en poche. Fraîchement débarqué du côté de Moyaux, il ne rejoint pas le club nouvellement créé dans cette magnifique bourgade. Après tout, il considérait probablement que le tennis de table n’était pas un sport comme 61,2% des français. Mais cela ne l’empêche pas de parfaire sa forme physique au cours de ces années. La banane, cela s’entretient et François l'a bien compris. Il occupe par ailleurs ses week-ends à la chasse où il excelle. Il se lance aussi dans la fabrication artisanale de saucissons dont les protéines lui permettent d’améliorer sa santé année après année. Sa consommation de viandes crues lui permet également de compléter son alimentation optimisée. Toutefois, les livres d’histoire ne peuvent confirmer avec certitude ce dernier fait. Il subsiste encore aujourd’hui des zones d’ombre sur la vie tumultueuse de François Da Roit. L’occasion pour nous de rappeler que la France a toujours besoin d’historiens pour entretenir et enrichir la culture pongiste.

 

2015-2017: Quant le ping débarque dans la vie

Ayant définitivement fait une croix sur l’idée de reprendre le tennis, François Da Roit reprend tout de même un sport de raquette à l’âge de 38 ans. Il fait ses débuts dans le milieu pongiste au sein du club de village de Courtonne-les-deux-Églises où il est premièrement surpris par la couleur orange des balles et le fait que les sets ne se jouent désormais plus en 21. Il y rencontre des figures marquantes qui lui semblent alors des joueurs imbattables. Laurent ou plutôt le palmier pour les intimes en fait notamment partie. Avec son gros revers, il inspire François pendant de nombreuses années et ce, également sur le plan de la coiffure. Malheureusement, notre chasseur n’a jamais réussi à réaliser les brushings de son idole dont le secret est encore bien gardé. Mais l’illusion du niveau de jeu de Laurent ne dure qu’un temps. Ne maîtrisant uniquement que le revers, François dépasse très rapidement ce joueur. Il rejoint l’équipe de son club au challenge de la ville de Lisieux où il rencontre pour la première fois Stéphane Plantrou et Jean-Bernard Maksud. Il passe d’ailleurs avec eux des troisièmes mi-temps bien sympathiques où le verre de trop n’est jamais bien loin. Bien entendu, les victoires s’enchaînent pour Courtonnes-les-deux-Églises qui devance très largement Lisieux au classement de ce tournoi si prestigieux. Terrassant désormais tous ses adversaires rencontrés, François se met alors en tête de franchir un pallier dans ce sport afin de vivre de cette passion naissante. Il prend donc la décision de rechercher un nouveau club où il pourra apprendre les bonnes bases avec un vrai entraîneur. Cherchant aussi une licence au prix abordable, il signe ainsi finalement à L’ASTTL où les membres du bureau n’ont toujours pas compris qu’il ne fallait pas aligner les tarifs avec ceux du club d’équitation. Mais bon, il faut bien remplir de bières le frigo du chaudron toutes les 48 heures...

 

2018-aujourd’hui : Le début d’une grande aventure à l’ASTTL

C’est donc l’année du sacre français en Coupe du monde que François Da Roit fait ses débuts au chaudron. Ces derniers ont d’ailleurs failli tourner courts puisqu’il croise dès son arrivée l’entraîneur espagnol Carlos Rodriguez Del Cid qui voue un culte à Marc Marquez. De part ses origines italiennes, François n’apprécie guère ce coureur qui n’a pour lui aucune valeur devant le grand Valentino Rossi. Fort heureusement, les deux hommes n’en finissent pas aux mains et François prend sur lui pour optimiser sa progression pongiste. Plutôt doué, François Da Roit progresse et se voit rapidement proposer d’intégrer la D4. Désormais habitué aux nouveaux règlements du tennis de table, ses vieux réflexes surgissent tout de même de temps à autre puisque lors d’un match contre Mondeville, il ne comprend pas pourquoi son adversaire cherche à changer de côté à 11-6. Nul doute que la stratégie de François était ce jour bâti sur un set en 21 points et qu’il aurait dans ce cas remporté la manche aisément. Malgré ce petit accroc, les performances sont bonnes pour notre joueur à la fois en championnat par équipes et au challenge de la ville de Lisieux. C’est pourquoi François rejoint la D3 et commence à embêter de nombreux coéquipiers de l’ASTTL. Un an et demi après son arrivée au club, le voilà déjà qui s’impose contre Corentin Hue qui prend un sacré coup au moral avec cette défaite contre un nouveau venu. Mais cette nouvelle rivalité fait naître une belle amitié entre les deux hommes qui décident de s’allier pour faire équipe en Coupe du Calvados. Malheureusement, ils échouent de peu à se retrouver dans la partie intéressante du tableau en raison d’une alchimie catastrophique en double. Mais l’essentiel est ailleurs car Corentin et François terminent ces matchs dans la bonne humeur grâce aux jeudis fous chez Dominos. Quelle affaire cette pizza Cannibale à moindre coût ! C’est aussi au cours de cette saison que notre joueur rejoint logiquement la D2. Au cours d’une rencontre contre Honfleur, il impressionne d’ailleurs les joueurs de la régionale à l’issue d’un match où il enchaîne les perfs grâce à un jeu offensif et relâché qui fait plaisir à voir. Et malgré la fin de saison annoncée en mars 2019, François Da Roit a eu le temps de déjà passer le classement 7. Pendant ce confinement, il conserve comme à son habitude la forme ou plutôt la banane comme l’ont souligné les journalistes de Ping-pong champagne TV. Dès la réouverture du gymnase Mimoun en juin, François est l’un des joueurs les plus assidus à ces entraînements où l’ambiance était assez exceptionnelle. Heureux de revenir taper la balle, il donne tout pour être fin prêt pour la reprise du championnat. Bien entendu, il se rend également à la salle afin de vider le frigo lors des apéros d’après séance. Le gérant du Victoria Pub profite également du retour de l’entraînement pour gonfler son chiffre d’affaire avec les bières du lundi et du vendredi. Finalement, on se demande si François était vraiment là pour le tennis de table mais il était bien présent.

Ce n’est donc pas une surprise si François intègre la D1 en septembre 2020. Et avec 50% de victoires, les débuts sont plutôt encourageants. Par ailleurs, il est même invaincu en double depuis le début de l’année. Une performance exceptionnelle quand on connaît ses déboires dans cet exercice par le passé. Il fera maintenant tout pour revenir encore plus fort à la reprise comme le montrent ses séances intensives de robot dans son garage ou son échelle improvisée dans son salon pour travailler le cardio.

Comme vous avez pu le constater, ses montées successives de la D4 à la D1 en appellent d’autres. Il ne serait pas étonnant de le voir prétendre à des échelons supérieurs dans les mois et années à venir. Les autres lexoviens sont en tout cas prévenus. De toute façon, il est déjà écrit que François Da Roit sera numéro 893 français en 2024, devenant là le premier numéro à avoir commencé le tennis de table à 40 ans. Quant à sa place au sein du club, il finira probablement bien par céder en entrant au bureau même si sa condition sine qua non n’est pas encore respectée. Il monte en tout cas progressivement dans la hiérarchie du club. Si vous ne croyez pas en ses ambitions, François se fera un plaisir de vous infliger prochainement une défaite cinglante.

 

C’est ainsi que se termine que ce troisième numéro de Secrets d’Histoire pongiste. La rédaction vous remercie pour votre fidélité et vous donnez rendez-vous bientôt pour un nouveau numéro. D’ici là, Stéphane Bern en profitera peut-être pour vous parler de Cléopâtre un mardi soir.

C’est l’heure du conseil de classe pour les joueurs de l’ASTTL ! Seuls les joueurs de l’équipe fanion ont pour le moment été convoqués mais personne n’échappera au bulletin de notes. Cette fois-ci, pas d’envoi de courrier par la poste puisque la rédaction a créé les cartes Ultimate Team des joueurs du club. Pour les aficionados du jeu Fifa, ces dernières n’ont aucun secret. Mais ne vous inquiétez pas, le principe est très simple puisque chaque compétiteur se voit attribuer une note globale sur 99 en fonction d’autres évaluations sur différents critères. Pour pimenter le tout, l’analyste de la performance sportive Corentin Hue a aussi apporté ses commentaires personnels. Qui a donc la meilleur carte du club ? Ne laissons plus traîner le suspens.

 

On commence avec le numéro un du club Nicolas Mersch qui obtient une belle note globale de 82. Seul le physique descend sa note moyenne avec un vilain 37 dû à des blessures trop récurrentes ces temps-ci. Heureusement, ses services exceptionnels et sa maîtrise des effets lui font grimper ses statistiques. Solide en attaque également, Nicolas a de quoi faire peur à ses adversaires. Le voilà bien évidemment l’élève majorant de l’ASTTL.

Le mot de l’analyste de la performance sportive : Aussi fragile que du verre.

 

Vient ensuite Maxime Barbot qui talonne de près le numéro un. Grâce à des statistiques équilibrées, il obtient une belle note globale de 80. Il est à noter ses belles aptitudes physiques et d’attaquant même si sa forme actuelle n’est pas optimale.

Le commentaire de l’analyste de la performance sportive : L’homme qui valait 100 paellas.

 

À égalité, on retrouve l’offensif Alexandre Fromager. S’il y a quelques années, il aurait probablement pu prétendre à une carte de 85, ses statistiques sont encores très correctes. Toujours impeccable physiquement, il s’agit d’un joueur maîtrisant tous les coups du tennis de table. Noté à 67, le service semble simplement un petit peu en retrait depuis que le service rentrant n’est plus aussi bien maîtrisé qu’à la grande époque.

L’avis de l’analyse de la performance sportive : Une vitesse de déplacement pas piquée des hannetons.

 

Bientôt 14, Colas Chatoux obtient quant à lui une note honnête de 76. Un 60 en physique lui coûte probablement une place sur le podium de l’ASTTL. Mais Colas se rattrape dans les autres compartiments du jeu grâce à un jeu plutôt offensif toujours très propre.

Le mot de l’analyste de la performance sportive : Meilleur en soirée qu’à la table.

 

On retrouve enfin à la 5ème place Baptiste Jacob qui avec sa note globale de 71 n’obtient qu’une carte bronze. Ses services bourrés d’effet lui permettent de remonter ses statistiques. Très peu à l’aise en défense, ce 59 est logique tout comme son 53 en agilité où il paye ses gestes peu académiques. Restons optimistes, Baptiste est capable de remonter la pente et de progresser dans tous les domaines pour obtenir cette fois-ci une carte or.

Le mot de l’analyste de la performance sportive : Dommage que son jeu de jambes soit moins présent que le rhum.

 

Il ne reste plus qu’à patienter quelque temps pour découvrir les notes des joueurs de l’équipe réserve. Avant cela, la rédaction reviendra bien entendu avec d’autres rubriques pour animer vos journées.


 

 

 

Si certains se plaignent de l’absence de compétition, d’autres voient plutôt cette période d’un bon oeil. Certains profitent en effet de cette période pour garder leur classement intact. Habitués à faire des contres chaque week-end, cette pause est donc l’occasion pour eux de reprendre un peu de confiance.


Depuis quelque temps, la rédaction vous plonge dans l’histoire de pongistes célèbres sur cette page. Mais qu’en est-il alors du futur ? Serait-il possible de prédire l’avenir de l’ASTTL ? Pour répondre à cette question, la rédaction s’est décidée à consulter un spécialiste voyant pour vous éclaircir sur le destin de votre club favori. 2030 coïncidera-t‘il avec la fin de l’ASTTL ou l’apogée de cette association ? La réponse est dans les lignes qui suivent.

Ce qui ressort premièrement de la boule de cristal est le nom du président de l’ASTTL. Alors qu’on croyait qu’il ne céderait jamais aux innombrables demandes qui lui avaient été faites, Nicolas Mersch règne bien sur l’ASTTL en 2030. Sa prise de fonction a logiquement coïncidé avec la montée du club en National 3 comme Joe Biden l’avait prédit. Il est accompagné de l’éternel trésorier Corentin Hue qui n’a jamais réussi à céder son poste au sein du bureau depuis 10 ans. Quant au secrétaire, il ne s’agit ni plus ni moins que de Mattéo Fernandes qui étudie depuis bientôt une décennie en fac de psycho. En devenant président, Nicolas Mersch a laissé la responsabilité de son troisième enfant nommé « Les 24 heures de Lisieux » au grand revenant Matthieu Breuil. Celui-ci a accepté le poste car il a pu mettre en place un nouveau règlement pour ce tournoi. En effet, le joueur le mieux classé à chaque rencontre ne part désormais plus avec des points de retard au début de chaque set mais avec un nombre de shots de Vodka à ingurgiter compris entre 1 et 12 avant chaque match. La fête est belle au cours de ce tournoi et l’équipe de Saint-André sur Orne est tenante du titre. Quant au directeur sportif, il s’agit de Baptiste Jacob dont l’analyse des schémas de jeu est désormais aussi précise que ses études de champignons de pied.

Bien entendu, notre voyant ne s’est pas contenté de décrire la composition du bureau en 2030. Comme vous avez pu le lire précédemment, tout roule également pour le mieux au niveau sportif. L’équipe fanion vient de monter en National 2 grâce à son leader Florian Robine qui fait les beaux jours de l’équipe une depuis janvier 2021. Basé sur le contrôle à mi-distance, son jeu fait venir des centaines d’admirateurs chaque week-end. Florian est notamment accompagné de François Da Roit qui a réussi l’exploit de devenir numéroté français en commençant le tennis de table à 40 ans. Désormais vétéran 2, sa forme physique est pourtant si bonne qu’il vient de boucler le marathon de Paris en moins de deux heures, devenant le premier homme à passer sous la barre des deux heures en compétition officielle. On retrouve aussi dans cette équipe Augustin Touard dont le jeu de défense lui permet de posséder le nombre record de raquettes cassées par ses adversaires. Avec près de 78 bois cassés, la performance est inouïe. Enfin, l’équipe est complétée par Marius Benchat qui a décidé de revenir à la maison après plusieurs années passées au Caen TTC car on se sent quand même mieux au chaudron que nulle part ailleurs.

Nicolas Mersch a donc sagement cédé sa place en équipe une au profit des jeunes. À bientôt 50 ans, il lutte pour ne pas redescendre 14. Il évolue tout de même en équipe réserve en Régional 2 depuis maintenant 13 ans. Malgré tous ses efforts, lui, Alexandre Fromager, Florent Delattre et Clément Fritot n’ont jamais réussi à remonter en régional 1 même s’ils prennent plaisir à se retourner sur Lisieux le week-end pour le traditionnel Buffalo d’après match.

Le plaisir est d’autant plus présent que Yoann Verger est revenu de Bretagne pour installer son bar à succès Le Baobab au sein du chaudron. Une partie de la salle est désormais consacrée à cet espace qui rapporte un salaire à cinq chiffres chaque mois à notre ancien président au crâne chauve. L’étude de marché s’est révélée réaliste : l’ASTTL est le meilleur club pour installer un bar. Corentin Hue réalise des performances exceptionnelles chaque week-end sur le dancefloor qui est rempli par les 10 équipes qui composent l’ASTTL. Celui-ci est donc devenu un club reconnu dans la France entière pour son ambiance mais également sur le plan sportif.

Gérant d’une main de fer le club grâce à Visual Basic et Excel, Nicolas Mersch a même réussi à réinstaller Cyril Dosière comme entraîneur du club à temps complet. Corentin Hue surveille les finances d’un œil avisé mais tous les voyants sont au vert selon le nouveau directeur d’agence LCL.

Le seul point noir est à mettre à l’actif du chaudron dont seul le bar flambant neuf de Yoann Verger remonte le niveau. Le système d’aération n’a jamais été revu si bien que la salle est plus humide que la ville de Brest. Le balai sous les tables n’a pas été passé depuis août 2013 et devant l’état catastrophique du sol rouge, l’ancien parquet des années 90 a dû faire son retour.

Cependant, ces détails sont bien négligeables. Le club a atteint un niveau exceptionnel mais le meilleur est peut-être encore à venir car notre spécialiste voyant envisage la possibilité de voir monter l’ASTTL en Pro B d’ici 2035. Bon, le pôle communication avait épuisé tout le budget qui lui était alloué pour l’année après 30 minutes de consultation. On a donc dû s’arrêter là et se contenter de manger des pâtes jusqu’à la fin de l’année.

 

La rédaction espère que vous avez apprécié les prédictions réalistes concernant l’ASTTL pour l’année 2030. Si jamais vous pensez que notre voyant a oublié des événements probables, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires. À très bientôt sur la page de l’ASTTL !


La rubrique préférée de tous les joueurs connaissant par cœur le barème des points FFTT est de retour ce mois-ci. Profitez-en car elle risque de ne pas revenir avant février si la compétition peut toutefois reprendre en janvier. Heureusement, de nombreux joueurs ont profité de ce mois d’octobre pour réaliser de belles performances avant cette trêve forcée.

 

Voici donc le top 5 des meilleures progressions en termes de points pour le mois d’octobre :

1 – Corentin Hue (+67,5 points) : Difficile de trouver les mots pour qualifier ce mois tout bonnement exceptionnel pour notre ex-moyausain qui réalise là le plus beau mensuel de sa carrière. Autour de perfs à foison lors du tour de critérium fédéral de D1, il termine sur la 3ème marche du podium de ce tournoi. En tant que capitaine de la R3, il l’a aussi menée à la victoire au cours de ce mois grâce à des points précieux marqués. Après avoir franchi la barre des 1100 points, on espère maintenant que Corentin se dirigera vers le classement 12.

2-Matteo Fernandes (+36,5 points) : Le spécialiste du tacos réalise une belle progression au cours de ce mois. On regrette seulement qu’elle soit principalement liée à une seule soirée de D1 exceptionnelle. Le relâchement s’est fait sentir lors du match suivant. Néanmoins, ces performances sont encourageantes pour la suite, un joueur à surveiller dans les mois à venir.

3-François Da Roit (+29 points) : Cette progression est la preuve que la forme physique est importante au tennis de table. Toujours déterminé à l’entraînement et en match, François fait son petit bonhomme de chemin en D1. Il ne reste plus qu’à optimiser cette montée en classement grâce à une inscription au Critérium Fédéral !

4-Jean-Bernard Maksud (+23 points) : Après de nombreuses années d’attente, Jean-Bernard s’est enfin lancé dans la compétition. Et quel succès avec deux perfs en D3 qui lui permettent d’arriver au pied du podium de ce top. Il ne reste maintenant plus qu’à répéter l’expérience.

5-Léonard Chatoux (+22,7 points) : Léonard réussit pour le second mois consécutif d’apparaître dans ce classement. Ce mois a été moins exceptionnel pour lui mais il n’empêche qu’il lui a permis d’engranger de nombreuses victoires de bon augure pour la suite. On lui souhaite d’obtenir le classement 11 au plus vite.

Il est à noter que Quentin Dehennot échoue malheureusement à figurer parmi les cinq premières places à 0,2 point près. Mais ce n’est que partie remise pour l’idole d’une génération qui continue de bien figurer en R3.

 

C’en est provisoirement fini pour cette rubrique qui reviendra on l’espère le plus vite possible. D’ici là, optimisez votre retour à la compétition en vous exerçant physiquement. Cela fait vingt fois que la rédaction le répète mais cette dernière préfère être certaine que le message est bien passé.


 

 

 

 

Bonjour et bienvenue dans ce second numéro de Secrets d'histoire pongiste consacré aujourd'hui à la carrière mouvementée de Nicolas Mersch. Personnage incontournable de l'ASTLL depuis bientôt 15 ans, sa passion du ping l'anime en réalité depuis bientôt 30 ans. Car le sport est un peu l'école de la vie, plongez dans ce récit initiatique qui ne vous laissera pas de marbre.

 

 

 

 

1990-1996: Le début d'une passion presque éternelle

C'est à l'âge de 8 ans que le petit Nicolas Mersch fait ses premiers pas dans le milieu pongiste dans le club de Forbach à la suite d'un événement traumatisant. En effet, lors d'une journée découverte de la pratique pongiste un été, il s'incline contre un joueur tenant sa raquette avec deux mains, c'est à dire une tenant le manche et l'autre le bout des plaques. Pour laver cet affront, Nicolas se décide ainsi à suivre un programme d'entraînement intensif au sein de ce club dans lequel son père et son frère évoluaient déjà. Les débuts sont en plus concluants puisqu'il accroche tout de suite aux exercices classiques basés sur le démarrage. Mais déjà à l'époque, l'échauffement n'est pas son fort. Un bien vilain problème qui lui vaudra des mauvais tours près de 30 ans plus tard comme un clin d'œil de l'histoire. Cela n'empêche pas Nicolas de s'amuser lors des fins d'entraînement via les tournantes légendaires de ce sport. Quelques mois après ses premières séances, notre joueur fait ainsi ses débuts en compétition. Faisant de lui l'enfant le plus heureux du monde, ces tournois lui permettent de passer des journées entières avec ses copains. Ces week-ends dans une salle de ping avaient déjà fait de lui un mordu avec une grosse envie de vivre pour le ping-pong. Les premiers résultats sont en outre satisfaisants grâce à un jeu de poussettes rondement mis en place. Mais face aux progrès de ses adversaires, le déjà futé Nicolas Mersch fait évoluer

son jeu en y insérant progressivement ses désormais légendaires services ainsi qu'un jeu de bloc rodé même si le top reste encore à l'époque une pratique inconnue pour le jeune lorrain. Sa passion est telle qu'il intègre en sixième une section aménagée qui lui permet de cumuler quatre entraînements chaque semaine juste après les cours. Le club de Forbach fait d'ailleurs bien les choses puisque ce dernier emploie alors deux entraîneurs à temps presque complet. Il fallait sans doute bien ça pour une association comptant une N1 avec trois joueurs dans le top 50 français et plus ou moins la même chose en féminine. Cela a d'ailleurs permis à Nicolas de s'offrir une séance avec deux numéros autour de la 100ème place française et un joueur un peu plus mauvais qui n'était que 150ème français. Qu'il a bien fait de se tromper d'horaires d'entraînement en début de saison pour profiter d'une qualité de top exceptionnelle pour perfectionner son bloc. À l'issue de quatre années de collège, ce dernier atteint d'ailleurs un bon niveau lui permettant d'obtenir le classement 10 ou plutôt 65 pour ancrer cet article dans les années 90. Il lui manque alors simplement un top spin digne de ce nom qui se refuse jusque ici à notre joueur. Cela ne lui empêche pas de bien figurer dans toutes les compétitions possibles en passant en revue le championnat par équipes, les critériums, les tournois, les interclubs et de temps à autre un peu de tennis de table UNSS au collège. L'ambiance est alors idyllique au sein du club et plus particulièrement dans le groupe de jeunes qui enchaîne les perfs. Cela permet ainsi notamment à l'équipe de Nicolas de remporter les interclubs de Lorraine qui les qualifient pour le tour national à Béthune. C'est lors de cette compétition que naît la passion de notre jeune pongiste pour l'optimisation des compositions d'équipes. Avec quatre rencontres individuelles et un double mais également la possibilité de faire jouer deux ou trois joueurs, chaque rencontre des interclubs comporte une multitude de possibilités qui constitue une première initiation au dénombrement en mathématiques. C'est donc l'occasion pour ses amis et lui d'engager des discussions endiablées dans la cour de récréation autour des compositions d'équipes sans oublier les traditionnels debriefs à la "Didier Roustan". De belles années pongistes en somme où tous ces jeunes s'amusent à faire les marioles dans toutes les salles de ping de la région ou lors des déplacements en minibus. Avec une équipe de six joueurs composés de cinq collégiens et du paternel Jean-Michel Mersch, l'amusement était tout simplement presque infini. Les seuls tricheurs utilisant des picots, anti-top et plaques lisses étaient simplement là pour limiter la joie de venir jouer au ping. Mais réfléchir et s'adapter fait aussi partie de l'apprentissage et rien de mieux qu'un match contre un vieux briscard pour stimuler ses neurones.

 

1997-1999: La fin d'une époque dorée

Cette période d'amour pour le tennis de table prend malheureusement fin lorsque Nicolas fait son entrée au lycée. Moins motivé par ce sport bien particulier, le plaisir n'y est plus d'autant plus que les raquettes cassées s'enchaînent en raison d'un comportement déplorable à la table. Il prend donc la décision radicale d'arrêter ce sport pour s'ouvrir à d'autres passe-temps. Le baby-foot et le billard deviennent donc les endroits favoris de notre adolescent qui ne manque alors pas une occasion de se désaltérer le gosier avec un Monaco dont il devient ambassadeur.

 

2000-2004: Lorsque la passion revient sonner à la porte

Est-il vraiment possible de se débarrasser éternellement du tennis de table ? En tout cas, peu sont ceux ayant réussi à le faire réellement et Nicolas Mersch n'échappe à cette règle. En effet, un ami mosellan jouant en D3 réussit à le convaincre de rejoindre son club. Sans doute animé par la passion de ce joueur espérant par-dessus tout monter en D2, il se laisse séduire par le projet du petit club de Seingbouse. Se faisant passer dessus par la quasi-intégralité des joueurs, le retour n'est pas évident. Mais le picot de l'entraîneur et les reflets énormes des vitres de la salle qui sert aussi à garder les poules l'hiver le motivent à revenir inlassablement chaque semaine pour préparer les matchs du week-end. Des rencontres où l'objectif n'était pas tant de gagner mais plutôt de faire résonner des "Allez Bouse!" le plus fort possible dans toutes les salles. Un slogan qui rappelle bien entendu le slogan légendaire des supporters lexoviens "Allez Moyaux!". Malgré cette ambiance de franche camaraderie, les montées s'enchaînement pour son équipe puisqu'elle atteint le niveau régional en deux ans seulement. Une chose est sûre, Nicolas a attrapé de nouveau le virus du tennis de table sans que celui-ci ne soit reparti depuis. Ces belles années sont aussi marquées par une progression de plusieurs classements et un niveau de jeu croissant comme la fonction exponentielle. Cette fois-ci, les cours de récréation ont laissé place aux amphithéâtres où notre jeune lorrain et son ami Nico peuvent tenir une dizaine d'heures à envisager tous les scénarios du match du samedi. C'est cependant à 19 ans qu'il effectue son dernier tour de critérium fédéral au cours duquel notre joueur réalise quelques perfs. Mais ce tour d'adieu est surtout marqué par une défaite contre une coéquipière d'entraînement d'enfance qui jouait alors en talons. Pour le décharger, les livres d'histoire se souviennent que cette joueuse était alors dans le top 100 française. C'est aussi l'occasion pour lui de quitter une larme à l'œil le club de Seingbouse pour rejoindre celui de Sassenage en banlieue grenobloise où il y atterrit pour ses études. De belles rencontres à la clef et une bonne ambiance, tout va pour le mieux pour Nicolas qui évolue de plus dans une superbe équipe qui aime les soirées bien arrosées. C'est aussi là-bas qu'il entend parler pour la première fois de sa vie d'un 24 heures de tennis de table en région Rhône-Alpes au Chambon-Feugerolles. Heureusement pour ses parents qu'il n'en avait pas entendu parler avant car Nicolas leur aurait bien fait une tête au carré pour y participer. Mais ce ne sera pas non plus cette année qu'il s'essayera au concept puisque son calendrier est plus qu'occupé par la naissance de sa fille. Même si le ping est important dans la vie, il y a quand même des priorités plus existentielles.

 

2005-2020: L’ASTTL comme le berceau d’une passion

Nicolas Mersch débarque finalement à Lisieux en 2005 car il y dégote alors un travail lui convenant au poil. Sa priorité numéro 1 est alors de trouver un club de ping, tout juste devant celle de trouver un appartement. Bien entendu, notre joueur a par avant fait une étude de terrain en étudiant l’excellent site fftt.com où il a scruté à la loupe le classement des joueurs. Son choix final aurait pu se porter sur Moyaux mais après une décision réfléchie, Nicolas se dirige vers l’ASTTL en y signant sa licence. L’aventure est lancée. Et c’est bien le cas de le dire car son premier match en championnat par équipes est marqué par un déplacement dans la merveilleuse salle ou plutôt la grange de Carantilly. Accompagné de Julien Auguste, Frédéric Chauvin, Yann Guivarc’h, Guillaume Breux et Anthony Chauvin, le périple n’est pas aisé. Ne connaissant absolument pas la région et l’application Waze n’ayant pas encore vu le jour, Nicolas Mersch décide de suivre sagement le vétéran Julien Auguste qui après avoir doublé un camion sur l’A13 prend finalement la sortie vingt minutes après la bonne. Avec deux jeunes de 15 ans dans la Clio et sans GPS, trouver la salle relève de l’exploit. En route à travers champs, c’est l’occasion de rencontrer un paysan du coin. Bienveillant et déterminé à leur expliquer où se trouve la grange, Nicolas ne comprend cependant pas un seul mot de ce qui lui est raconté à cause de cet accent dont seul Yann avait le décodeur. C’est à ce moment bien précis que Nicolas se rend compte qu’il existe bel et bien une Normandie civilisée et une Normandie profonde. Mais malgré ces difficultés, la Clio arrive par miracle à la salle et 15 minutes avant les 3 autres loustics. Cette nouvelle équipe est aussi l’occasion de découvrir les soirées chez les Chauvin où la légende dit que la quantité de nourriture et d’alcool n’a d’égal nulle part ailleurs. Une génération de joueurs remercie Nadine pour ces bons repas où la majorité avait l’habitude de caler à la deuxième entrée. Des souvenirs de ces soirées manquent probablement à la plupart des convives mais le temps était bon.

 

À l’issue d’âpres négociations avec ses nouveaux coéquipiers, Nicolas réussit en fin de saison à convaincre Mannix ou plutôt Matthieu Breuil et Mannux plus couramment appelé Emmanuel Désert à participer à des 24 heures non loin de Saint-Étienne. Faire 600 kilomètres pour revoir ses anciens coéquipiers de Sassenage et découvrir ce format de compétition révolutionnaire lui paraissait donc tout à fait pertinent. En termes de résultat, la seule chose mémorable aura été le match de Paul-Henri Matthieu contre Rafaël Nadal à Roland-Garros 2006. En même temps, l’équipe constituée ne comportait pas forcément les physiques les plus adaptés pour une telle compétition. Emmenez-les plutôt au « Sans gêne » pour qu’ils réussissent une performance digne de ce nom. Heureusement, nos joueurs ont eu la bonne idée de s’incliner 5-0 sur un tour si bien qu’ils ont pu rapporter un parapluie vert pêche en souvenir pour se consoler. Mannix, Mannux et Nicolas n’ont donc pas brillé au cours de cette compétition qui a néanmoins fait germer une idée historique dans la tête de ce dernier. En effet, l’assemblée générale de l’ASTTL se tient alors quelques jours plus tard. Comme chaque année, la salle bondée évoque le tournoi régional qui est organisé par le club depuis une dizaine d’années. Bien entendu, les idées plus ou moins brillantes fusent de partout afin de discuter notamment de la possibilité d’organiser ce tournoi sur deux jours comme cela se fait dans de nombreuses autres villes. Mais alors que Philippe Tommy apporte son grain de sel, Nicolas Mersch suggère de poursuivre également la compétition la nuit. Bien mal lui en a pris, la présidente de l’époque Estelle Anquetil l’alpague alors pour rentrer au bureau dans le but de développer son idée. Subissant la tyrannie établie par la famille Anquetil, Nicolas cède alors sous la pression et fait ainsi son entrée au bureau en juin 2006. C’est à partir de cet épisode qu’est donc apparu le célèbre proverbe « Si vous ne voulez pas entrer au bureau, fermez-là lors des assemblées générales sous peine d’y rester bloquer à vie ». Bien entendu, Nicolas n’avait pas pour projet de créer une boîte de nuit éphémère dans le gymnase Mimoun entre les deux jours du tournoi de l’ASTTL même si cela aurait pu être relativement culte avec « DJ Santos » pour ambiancer le dancefloor. À la place de cela, Lisieux allait organiser l’année prochaine ses premiers 24 heures de tennis de table. Travaillant d’arrache pied tout l’été, notre joueur prépare seul ce tournoi. Inventant tout de A à Z, il élabore une formule inédite et réalise un programme informatique légendaire sur Visual Basic. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que personne n’arrive à la cheville de Nicolas sur ce logiciel dans tout le pays d’auge. Ainsi, tout est prêt lors de la réunion de rentrée de septembre. Le bureau ne s’oppose pas à ce projet si bien construit. Les 24 heures de Lisieux sont officiellement nées et vivent plutôt pas mal depuis !

 

Au fur et à mesure des années, Nicolas Mersch prend du poids au sein du bureau. Il n’hésite pas à donner son avis sur tout et contribue à faire évoluer les lignes. D’un point de vue sportif, il fait ses débuts en R4 mais les années à venir sont couronnées de montées pour cette équipe. Profitant notamment du retour de Arnaud Lesage et de l’arrivée de Florent Régent, cette dernière atteint la R1 après un petit putsch pour faire de cette équipe celle possédant les meilleurs joueurs du club. En plus des trois noms cités précédemment, le groupe est aussi constitué de l’espoir Florent Delattre, de Matthieu Breuil et d’Emmanuel Désert. La Dream Team n’est même pas loin de rejoindre la N3 alors que la pré-nationale n’existe pas encore. À la suite de cette belle aventure, l’équipe stagne en R1 si bien que certains commencent à s’impatienter. C’est alors que naît l’entente Lisieux-Honfleur qui ne réussira malheureusement jamais à accomplir les ambitions espérées.

 

Cela marque en tout cas le retour de Nicolas en équipe réserve où il y effectue des performances solides. Mais cette époque coïncide également avec la montée en puissance du club de Moyaux qui évolue en R4. Nicolas se rend de temps à autre dans le gymnase gouverné par Jacques Letellier. Le courant passe bien avec les joueurs de ce club ambitieux. Et c’est ainsi que Secrets d’histoire pongiste va vous faire une révélation choquante dans les lignes qui suivent. Un petit peu lassé par l’ASTTL et appréciant le projet de l’AMTT, Nicolas commence à songer à muter en terres moyausaines. Il déclare même dans un enregistrement confidentiel que nous avons pu nous procurer « Si on m’avait un petit plus tendu la perche, j’aurais très certainement signé à Moyaux...je le reconnais ». Cette information récemment déclassifiée aurait pu déclencher un tremblement de terre de magnitude 9 sur l’échelle de Richter à l’époque, propulsant l’AMTT dans les sommets du tennis de table. Cependant, Nicolas ne cède pas à la tentation et décide de rester fidèle à l’ASTTL où il occupe depuis quelques années le poste de directeur sportif. Le rôle est alors excitant à l’époque avec la montée en puissance de jeunes prometteurs que sont Lucas Dessales, Léonard Benchat, Romain Ernault, Clément Thibout et quelques années plus tard Marius Benchat. Il participe à leur ascension grâce à une politique très décriée par les anciens. N’hésitant pas à renvoyer ces derniers en départemental au profit des jeunes loups, Nicolas marque de son empreinte la direction sportive du club. Il écrit aussi l’histoire sportive du club en remportant justement sur les terres moyausaines la coupe du calvados ou plutôt « la stach cup ». Avec son coéquipier Léonard Benchat, ils terrassent alors le tandem formé par Alexandre Fromager et Thomas Grente 3-2 en final. Sans aucun doute, le tournant du match a lieu lors du double lorsque l’arbitre de la rencontre, un certain Florent Delattre, lâche une caisse monumentale. Nicolas Mersch fait même subir un retour de bâton terrible à l’AMTT en réussissant à recruter Alexandre Fromager, Thomas Grente, Corentin Hue et même Clément Fritot tout proche alors de signer à Pont-l’évêque. Un travail de persuasion qui n’empêche pas à Nicolas d’infliger à ce dernier l’une des défaites les plus cinglantes de sa carrière. En effet, lors des finales par classement régional, il réalise un tir groupé en battant successivement Léonard Benchat de la main gauche puis en terrassant l’ex-moyausain dans un match au couteau après avoir sauvé d’innombrables balles de set et de match. Lors de son interview paru dans le numéro 412 d’Alternatives Économiques, il déclare notamment « Encore aujourd’hui, dans mes plus beaux rêves, j’aperçois encore ses larmes au coin de ses yeux de junior remplis de désespoir ». La légende dit même que c’est à partir de ce jour que Clément est devenu le chien de traîneau qu’il est aujourd’hui. Pourtant excessivement gentil en dehors de la table, il est désormais un joueur tout aussi insolent et provocant dès que le match commence. Si vous aussi, vous vous plaignez de son comportement, ne cherchez plus le responsable! Cela n’empêche néanmoins pas les deux joueurs de s’associer l’année suivante pour former l’équipe historique de la « Team Zaza » en la compagnie d’Alexandre Fromager et de Florent Delattre. Ensemble, ils parviennent à survivre à une défaite inaugurale contre l’équipe de Montebourg de Gaëtan Poirot et d’un retour en Xsara avec un Best of de Mylène Farmer. Ils font même mieux que cela puisqu’ils réussissent l’exploit de monter en R1 après un dernier match remporté haut à la main contre l’équipe de Carentan menée par Benjamin Constant. Faisant sauter la bouteille de champagne, la fête est belle pour cette équipe qui a constitué plus moins l’équipe première du club pendant plusieurs années.

 

En tout cas, Nicolas Mersch ne quitte plus les sommets du club depuis de nombreuses saisons. Même s’il a accumulé les titres dans différentes divisions inférieures que sont notamment la SD1 et la R3, il est maintenant installé en R2. Son désir ardent de retrouver la R1 depuis un certain temps n’est plus caché. Mais lorsque ce n’est pas l’effectif de l’équipe qui flanche ou une blessure qui lui fait manquer le match décisif, le Covid-19 lui enlève la place de leader de la poule. Néanmoins, Nicolas devra surveiller à l’avenir le rétablissement de ses blessures. Blessé cette année à la suite d’une montée de genoux et d’un ramassé de balle, il aura tout le temps pour revenir en pleine forme à la reprise de la saison. Cette période coïncidera probablement avec la tenue de son tournoi préféré qui n’est ni plus ni point que de celui de la galette. Il est certain qu’il aura l'envie de soulever le trophée une nouvelle fois avant de déguster des parts de galette achetées avec une réduction de 5% chez le partenaire de l’ASTTL « La mie câline ». Nicolas aura aussi à cœur de mettre en place la révolution des 24 heures de Lisieux à la reprise avec une nouvelle formule individuelle qui s’annonce prometteuse. « Responsable des 24 heures » est d’ailleurs le rôle officiel de notre joueur cette année puisqu’il a cédé sa casquette de directeur sportif à Alexandre Fromager. Mais ce n’est pas vraiment un secret qu’il est en réalité « Le directeur des opérations » de l’ASTTL. Pour son apport considérable tant sur le plan sportif qu’en coulisses, « Secrets d’Histoire pongiste » tient à saluer l’investissement de Nicolas au sein du club depuis bientôt 15 ans. S’il a beaucoup apporté au ping, ce dernier lui en a aussi beaucoup apporté. Car c’est un beau sport tant individuel que collectif, il a eu la chance de croiser des personnes qui ont fait vivre ce sport par leur engagement bénévole et de croiser des personnes qui lui ont transmis la passion. Essayant à son tour d’en faire autant, Nicolas contribue aujourd’hui à transmettre ce virus qu’est le ping car le sport, c’est une belle école de la vie.

 

C’est ainsi que se termine ce second numéro de Secrets d’Histoire pongiste. France 2 espère que vous avez passé un bon moment et vous invite dès maintenant à réagir à cet article en y apportant pourquoi pas vos ajouts sur ce sujet riche. L’Histoire avec un grand H ne s’arrête jamais puisque notre prochain récit se portera prochainement sur la carrière du plus grand chasseur de l’ASTTL.


 

Les objectifs de Joe Biden ont été annoncés et sont clairs. Le nouveau président démocrate consacrera principalement son mandat au développement de l’ASTTL qui doit accéder à la N3 d’ici 2024 et même plus tôt si possible.

 

Participez vous aussi à cette nouvelle dynamique en continuant à vous exercer physiquement pendant ce confinement. Hâtez-vous d’aller récupérer un tapis de gym au drive de Decathlon, fabriquez-vous une échelle au sol comme François Da Roit et utilisez vos bouteilles d’eau Cristaline comme des haltères !

 

On se dit à très vite sur la page de l’ASTTL et d’ici là, prenez soin de vous.


 

 

Bonjour et bienvenue dans ce premier numéro de Secrets d'Histoire pongiste consacré aujourd'hui à l'ascension de Corentin Hue dans le monde du tennis de table. Si son niveau actuel le place parmi les légendes de ce sport, sa carrière a aussi été marquée par des moments difficiles qui ont forgé le sportif qu'il est aujourd'hui. Plongez maintenant dans l'histoire passionnante de ce joueur devenu analyste de la performance sportive et capitaine de la R3. (temps de lecture estimé: 6 minutes)

 

 

 

2008-2012: Des débuts timides à l'AMTT

Corentin Hue fait ses débuts dans le milieu pongiste à l'âge de 12 ans en rejoignant le club de Moyaux situé juste à côté de chez lui. Il y fait la rencontre de son premier entraîneur Jacques Letellier qui est également le président de l'AMTT depuis presque 30 ans désormais. Corentin fait ainsi ses premières armes tous les mercredis auprès d'autres jeunes prometteurs qui régnaient sur le calvados à l'époque. C'est à cette époque que la réputation formatrice du club de Moyaux s'est forgée. Il n'a pas été facile pour Corentin de se faire une place au milieu de joueurs plus doués que lui. Il fait ses débuts en compétition lors des tours de district organisés à Moyaux ou dans les environs. Même si ces tournois ne sont pas couronnés de succès, cela n'empêche pas Jacques Letellier de lui proposer de rejoindre la D5 et la D4 du championnat par équipes. C'est aussi à cette

période qu'il commence à connaître les ex-moyausains Quentin Dehennot et Alexandre Fromager que Corentin admire en raison de leur statut de joueur de l'équipe 1 de l'AMTT qui évoluait en R4. Mais malgré les entraînements et la bonne ambiance caractéristique de ce club à l'époque, notre analyste de la performance sportive ne réussit pas à faire décoller son classement. Au contraire, il perd même quelques points. Ses débuts pongistes ont coïncidé avec les dernières années où tous les joueurs commençaient à 650 points et non 500 comme aujourd'hui. Suite à la nouvelle réforme, Corentin s'est donc mis à descendre en classement face à la venue de ces nouveaux joueurs pressés de rattraper les chanceux ayant commencé à 650 points. L'un deux était d'ailleurs Clément Fritot que Corentin Hue rencontre en septembre 2010 à l'entraînement. C'est aussi au cours de cette première séance que Corentin Hue décroche sa seule et unique victoire à la belle tout match confondu contre son désormais coach éternel. À cette période, les deux joueurs commencent à être entraînés par Alexandre Fromager qui prend progressivement les commandes de la formation des jeunes moyausains. Excellent formateur, Alexandre le fait progresser dans tous les domaines de jeu. Mais malheureusement, lorsque la saison 2011-2012 s'achève, il culmine avec uniquement 570 points sur sa licence.

 

Septembre 2012-Juin 2014: Le réveil du joueur moyausain

Profitant de la confiance renouvelée de son club pour le faire évoluer en D5 et D4, Corentin Hue commence à enchaîner les bonnes performances. C'est ainsi qu'il commence à remonter au niveau du classement. Il franchit enfin la barre des 650 points, ce qui lui vaut d'être intégré dans une grosse grosse D4 composée de Pascal Allaire, Jacques Letellier et Frédéric Ouin. Par ailleurs, Corentin Hue passe pour la première fois de sa carrière du côte obscur de la force en choisissant de jouer avec un soft en coup droit. Avec ses coéquipiers, ils forment une équipe redoutable d'autant plus qu'elle est coachée chaque vendredi par Clément Fritot qui les suit systématiquement. La deuxième phase de la saison 2013-2014 les voit jouer les premiers rôles dans leur poule. Invaincus pendant 4 mois, ils craquent malheureusement dans le match final contre Deauville si bien que l'équipe échoue dans son objectif. Sur le plan comptable, la saison est cependant prolifique pour notre joueur dont le classement sur la licence dépasse les 700 points. Mais alors que l'ambiance semble au beau fixe, le scandale des mutations en chaîne éclate au sein de l'AMTT. En effet, le travail de recrutement initié par Nicolas Mersch permet à l'ASTTL de faire signer les deux jeunes prometteurs Thomas Grente et Clément Fritot. À la même période, deux autres moyausains rejoignent le club de Pont-l'évêque. Enfin, Corentin Hue décide de suivre le mouvement en mutant lui aussi à l'ASTLL dans un feuilleton qui a fait la une de tous les journaux et dont le retentissement est proche de celui de "J'accuse" d'un certain janvier 1898. Le mal est fait, le club de Moyaux vient de perdre cinq de ses joueurs les plus importants au profit de concurrents directs.

 

Septembre 2014-Juin 2017: Une progression fulgurante qui marque les esprits

Pour la première fois de sa carrière, Corentin Hue bénéficie d'une structure d'entraînement professionnelle. En effet, l'ASTTL vient alors de recruter Cyril Dosière en tant qu'entraîneur et salarié du club. En délaissant son soft en coup droit, Corentin fait des progrès inédits pour lui puisqu'au cours de ses deux premières saisons à l'ASTTL, il empoche la bagatelle de 200 points en plus de son IUT de commerce. Ces deux belles années sont néanmoins ponctuées d'un événement terrible et traumatisant. En

effet, lors des finales par classement départementales, Corentin Hue s'incline contre "l'homme à la casquette", un vétéran 3 du club de Frénouville. Aujourd'hui encore Corentin garde des séquelles de cette défaite qui raisonne comme un traumatisme

indélébile. Mais la saison suivante, alors qu'on aurait pu penser que le départ de Cyril Dosière allait remettre en cause sa progression, le contraire se produit. Suite aux problèmes d'effectif, le club le promeut en régional pour la première fois de sa carrière. L'expérience est plus que concluante puisque Corentin Hue réussit à aller chercher des perfs à 12 si bien qu'il obtient 150 points au cours de cette saison et atteint les 1050 points. La barre symbolique des 1000 points est franchie et rien ne semble pouvoir arrêter l'ex-moyausain.

 

Septembre 2017-Juin 2018: Des choix stratégiques douteux

Cette nouvelle saison marque un tournant pour Corentin qui a de grands espoirs à la suite d'un exercice extrêmement concluant. Au cours d'un entraînement, il reçoit le conseil du directeur sportif Nicolas Mersch qui lui suggère de mettre un soft en revers en raison de son jeu à plat. À l'écoute des joueurs plus expérimentés, Corentin Hue fait le pari de changer sa raquette pour tenter l'aventure. Aligné en championnat départemental suite à la descente de son équipe qui évoluait en régional, Corentin Hue enchaîne malheureusement les contre-performances. La recette ne prend pas en raison de son jeu historique basé sur un tennis de table à mi-distance. C'est d'ailleurs pour cette raison que Corentin Hue est un précurseur du courant artistique du "ping-pong champagne". Depuis des années, des milliers de spectateurs se pressent pour assister à ses rencontres spectaculaires chaque week-end. Au cours de cette saison, le bilan n'est cependant pas celui escompté puisque Corentin Hue ne compte plus que 950 points dans son escarcelle. La décision de dire au revoir à ce soft en revers est donc prise dès la fin de saison.

 

Septembre 2018-Mars 2019 : Un retour en force salué par la presse

Pour la seconde fois de sa carrière, le retour à deux backsides est bénéfique pour Corentin Hue. Sa saison 2017-2018 ne restera pas dans les annales mais elle a le mérite de le remettre sur de bons rails. Elle marque aussi sa nouvelle volonté d'établir systématiquement des stratégies de match. Sa vision du jeu s'acroît au fur et à mesure des mois si bien qu'il commence à conseiller lui aussi les autres joueurs. Il subit quelques contres en championnat départemental mais il reste un pilier solide de son équipe. En parallèle, il commence à devenir un spécialiste des tournois. La saison suivante est celle du début des responsabilités pour notre jeune banquier. Son rôle de capitaine lui permet d'accorder ses sorties avec son agenda chargé. Mais sa gestion d'équipe est parfois remise en cause par ses coéquipiers qui lui reprochent de transmettre les informations trop tardivement. D'un point de vue sportif, tout va pour le mieux pour son équipe comme pour lui cette année. Mais celle-ci se révèle surtout être un succès en raison des tours de Critérium fédéral que Corentin réalise. Il finit en effet par rejoindre la D2 en engrangeant systématiquement une grosse dizaine de points. La belle histoire prend cependant fin lorsqu'il s'incline à la belle contre Philippe Roland dans un match âprement disputé. Mais le principal est ailleurs puisque Corentin parvient à se rapprocher à quelques points près de son record de points en atteignant 1037 points en mars 2020 lorsque la crise du Covid marque la fin de la saison précédente.

 

Septembre 2020-Aujourd'hui : La consécration

Il est difficile de trouver des points noirs dans la nouvelle saison de Corentin Hue provisoirement suspendue. Celle-ci est premièrement marquée par sa nouvelle dimension au sein du club où il occupe la place de trésorier. Ses responsabilités ne s'arrêtent pas là puisque le nouveau directeur sportif Alexandre Fromager l'a nommé capitaine de la R3 qui n'est ni plus moins que l'équipe réserve de l'ASTTL. Celle-ci culmine pour le moment à la seconde place de sa poule à la surprise générale. Personne n'avait misé un kopeck sur cette équipe qui semblait trop faible sur le papier pour évoluer à ce niveau. Grâce à son leadership naturel, Corentin Hue réussit à tirer le meilleur de ses coéquipiers pour arracher deux matchs nuls et une victoire en trois rencontres. D'un point de vue personnel, cette saison est néanmoins marquée par sa performance historique lors du premier tour de Critérium fédéral de D1 où il décroche une place sur le podium. Jamais Corentin n'avait engrangé autant de points en une journée, 55 points et le sentiment d'avoir écrit une page d'histoire en ce dimanche 11 octobre 2020. Le voilà maintenant entré dans une nouvelle dimension, il sera classé 11 au prochain mensuel. Son précédent record de points a été effacé des tablettes. Que reste-t-il maintenant à accomplir pour Corentin Hue ? Sa légende n'est plus à faire mais il est certain qu'il souhaitera marquer encore plus l'histoire pongiste. Passer 12 et évoluer en championnat par équipes avec son coach de toujours Clément Fritot sont ses objectifs annoncés mais il est certain que Corentin cherchera encore à repousser les limites du possible à l'avenir.

 

C'est ainsi que ce premier numéro de "Secrets d'Histoire Pongiste" se termine. La rédaction vous remercie pour votre lecture et vous donne rendez-vous bientôt pour un prochain numéro sur le joueur le plus emblématique de l'ASTTL.

 

PS: J'ai passé une éternité à écrire ce post à tel point que j'ai loupé tous les essais de France-Irlande.


 

 

 

 

 

 

 

 

Malheureusement, les joueurs de l’ASTTL ne pourront pas passer leur confinement dans le chaudron du gymnase Mimoun... Miséricorde !

 


C'était déjà dans les tuyaux depuis quelques semaines mais ce nouveau confinement marque définitivement la suspension provisoire de cette première phase de championnat. On ne sait pas quand nos joueurs reprendront le chemin de la compétition. Il est cependant fort probable que cette phase se poursuivra sur l'ensemble de l'année si bien qu'il n'y aura cette année qu'une seule phase. Afin que vous n'oubliez pas les événements depuis ce début de saison, le pôle communication a ainsi souhaité faire un point sur la situation des 6 équipes de l'ASTTL.

 

On commence naturellement par l'équipe 1 dont le bilan est guère réjouissant. On ne peut pas dire grand chose sur la défaite inaugurale contre Saint-James grand favori de la poule. Cependant, les deux défaites suivantes laissent un gout amer. La R2 pointe à la dernière place pour le moment mais tout n'est pas perdu. Il faut bien souligner que le numéro 1 Nicolas Mersch a loupé deux matchs. De plus, l'équipe pourra maintenant compter sur sa recrue Barcelonaise Maxime Barbot. Il faudra maintenant engranger des points rapidement avec une équipe au complet qui a les capacités d'aller chercher des victoires contre Cormelles, Saint-Germain du Corbéis, Cherbourg et même Fleury-sur-Orne si Baptiste Jacob sort le match de sa carrière. Néanmoins, nos joueurs devront être prêts physiquement à la reprise car la marge de manoeuvre reste réduite.

On en vient à l'équipe 2 qui est sur un nuage depuis le début de la saison. Comme nous avons pu l'évoquer lors de la première édition de Ping-pong champagne TV, la R3 est actuellement deuxième de sa poule après deux matchs nuls et une victoire. Le classement de nos joueurs digne d'une petite R4 ne laissait pas présager de tels débuts. Néanmoins, l'équipe a pu compter sur la motivation de Corentin Hue, Léonard Chatoux, Philippe Roland, Quentin Dehennot et même Nicolas Mersch venu les épauler sur la dernière rencontre. La reprise possible d'un joueur historique de l'ASTTL pourrait même permettre de rêver plus grand d'autant plus que la fermeture de la salle devrait profiter à Quentin Dehennot dont le niveau de jeu est une fonction décroissante de son nombre d'entraînements réalisé.

Quant à la D1, elle est pour le moment installée à la seconde place avec 6 points. Le bilan est donc satisfaisant pour cette équipe composée de jeunes loups que sont Louis Moulin, Augustin Touard et Mattéo Fernandes. Le sous-classement de ces joueurs comme celui de François Da Roit n'y est pas anodin d'autant plus Vincent Flavier commençait à remonter en puissance. Au-delà de l'objectif du maintien, certains joueurs iront peut-être frapper à la porte de la R3 en fin d'année, de quoi les motiver à s'entretenir physiquement pendant ce confinement.

Venons-en à la D3 qui est pour le moment 6ème avec 5 points. On peut parler d'un début de saison timide pour cette équipe habituée à ce niveau. Celle-ci a notamment souffert de l'absence du légendaire Julien Lebossé mais rien d'alarmant dans les résultats. Sam Badini continue à progresser doucement tandis que Stéphane Plantrou continue à être solide.

La première D4 est-elle aussi 6ème de sa poule. Il s'agit d'une équipe avec des joueurs qui devraient bien figurer à ce niveau d'autant plus qu'elle peut compter sur l'imbattable Florian Robine qui se balade dans son jardin depuis le début de l'année.

Enfin, la deuxième D4 pointe à la 7ème place de sa poule. Mais ne mettons pas la pression à notre 6ème équipe qui est là pour apprendre. On espère quand même une victoire d'ici les 4 prochains matchs mais il n'y a absolument aucune pression.

 

Lorsque nous reprendrons cette phase en mars 2023, vous pourrez ainsi vous référer à ce post pour savoir où nos équipes en étaient. Bien entendu, on peut presque raisonnablement penser que cette phase reprendra en janvier 2021 avec un peu de chance. D'ici là, prenez soin de vous et on se retrouve très bientôt pour une nouvelle rubrique sur cette page.


Ils l'ont fait ! Il est difficile de trouver les mots pour qualifier cette performance tant elle est tout bonnement exceptionnelle. En effet, la D1 a réalisé l'exploit de prendre une photo d'équipe. Cela n'avait pas été fait depuis l'époque où le club avait lancé en grande pompe son calendrier imagé de l'année 2016. Si vous souhaitez toujours l'acquérir, n'hésitez pas à nous contacter puisqu'il doit nous en rester une bonne cinquantaine en stock. Pour en revenir au match, la D1 s'impose joliment 10-4 et voit se rapprocher le maintien. Le coach charismatique firfolais Corentin Hue s'est d'ailleurs également déplacé pour venir observer ses élèves en compétition. Via une tactique rondement mise en place, Augustin Touard a retrouvé des couleurs et s'impose à trois reprises. Cette soirée a aussi vu le retour aux affaires de Vincent Flavier qui imite son collègue défenseur. Mattéo Fernandes ne réussit malheureusement pas cette fois à reproduire le niveau de jeu affiché deux semaines auparavant. Il ramène une victoire tout comme François Da Roit qui commence à avoir des idées ténébreuses en commençant à songer à se mettre un soft. Diantre, Clément Fritot est parti du club il y a à peine un mois, on ne veut pas déjà retrouver un jeu horrible à l'entraînement dès maintenant.

Les seconds compliments vont à la R2 qui a presque réussi sa mission ô combien complexe. On est passé tout proche de l'exploit mais malheureusement la photo d'équipe ramenée n'est pas complète en ne comportant que deux joueurs. Ces deux derniers sont d'ailleurs probablement à l'origine de l'affluence impressionnante de 392 personnes au chaudron ce samedi puisque Maxime Barbot et Colas Chatoux sont des personnalités notables. En effet, ce dernier n'est ni plus ni moins que le neveu de Christophe Legout tandis que notre nouvelle recrue est le neveu du charismatique Damien Éloi. Les spectateurs n'ont cependant pas permis l'exploit sportif pour l'équipe 1 qui s'incline 6-8. On a en tout cas retrouvé un bon Alexandre Fromager avec deux victoires dont une perf à 15 malgré un début difficile de match. Nos deux personnalités ramènent chacun un point tandis que Baptiste Jacob réussit la belle performance de gagner un set après 7 matchs consécutifs sans en gagner un seul. Bravo à toi notre podologue préféré qui est tout de même un spécialiste du double comme l’a démontré sa victoire retentissante 3-0 avec Colas Chatoux !

De l'autre côté de la salle se déroulait ce samedi un match animé entre la R3 et Coutances. Ne se sentant pas au top physiquement, Nicolas Mersch était venu épauler l'équipe 2(on commence à se demander si Nicolas Mersch n'est pas un agent libre par ailleurs) pour aller chercher une première victoire cette saison. Et c'est chose faite puisque la Team Coco s'impose 9-5. Le responsable des 24 heures va chercher sans trembler ses 3 victoires. Quentin Dehennot ramène une nouvelle perf à 12 et continue d'impressionner. Annoncé un peu juste à ce niveau en début de saison, il confirme néanmoins chaque semaine que sa place ici est loin d'être volée. Un solide Léonard Chatoux va chercher deux victoires tout comme son capitaine Corentin Hue qui est en route vers le classement 12, objectif annoncé par l'intéressé.

Enfin, la D3 s'incline 2-12 contre une grosse équipe à ce niveau. Sylvain Prou et Stéphane Plantrou sauvent l'honneur mais on espère meilleur sort dès la prochaine rencontre pour cette équipe.

 

C'en est fini de ce debrief de la troisième journée de championnat. Place maintenant aux vacances pour nos compétiteurs même si quelques tournois auront lieu prochainement dans les environs pour les plus motivés. Rassurez-vous, la page sera tout de même active pendant cette petite pause puisque le pôle communication vous prépare quelques surprises.


Woo Hoo ! C'est le retour du championnat par équipes ce week-end ! L'objectif pour cette seconde journée est en plus très élevé puisque nos 4 équipes auront pour mission extrême de récupérer une photo d'équipe ! Le pôle communication est particulièrement ambitieux ces temps-ci. Pas de victoires en vue, d'optique de montée ou de maintien ce week-end, le seul but est de fournir du contenu pour notre site internet qui rappelons-le est également un guide culinaire.

 

Mais revenons-en au sportif puisque samedi après-midi auront lieu les deux rencontres de nos équipes régionales dans notre chaudron. Ce dernier aura d'ailleurs une raison d'être bouillant puisqu'on attend les grands débuts de la recrue barcelonaise Maxime Barbot contre son ancien club Flers. On espère que cette rencontre sera l'occasion pour l'équipe 1 d'aller chercher ses premiers points. De l'autre côté de la salle, on retrouvera bien entendu la R3 pour la réception de Coutances. Jamais deux sans trois, on attend donc un nouveau match nul pour l'équipe 3. Celle-ci aura tout de même à coeur de vaincre cette expression en allant chercher une première victoire cette année.

Plus tôt dans le week-end, la D1 se déplacera du côté de Tournebu. Avant de repartir à la chasse, notre chasseur François Da Roit aura donc mission de mettre sur la bonne voie son équipe. Celle-ci pointe à l'avant-dernière place avant cette rencontre mais on peut compter sur la motivation de ses joueurs pour remonter très vite au classement. Quant à la D3, elle se rendra à Cormelles pour revenir dans le droit chemin après une défaite contre Frénouville.

 

En espérant que les 4 rencontres de cette journée de championnat auront un issu favorable, on se retrouve dimanche pour un debrief complet des performances de nos joueurs surentraînés.


À la mi-octobre, il serait peut-être temps de faire un bilan des performances du mois de septembre ! C'est bien vrai mais le pôle communication a été occupé par la réalisation du clip promotionnel de la nouvelle recrue Maxime Barbot. Et puis les points, ça va deux minutes mais comme on peut être 16 sans savoir faire un revers, c'est que c'est quand même pas si intéressant que ça.

 

Néanmoins, voici le top 5 des meilleures progressions en terme de points pour le mois de septembre:

1 - Léonard Léonard (+67 points): Ce résultat ne vous surprendra guère après que Léonard ait réussi à remporter ses trois matchs lors du match d'ouverture de la saison en R3 contre des joueurs classés 12,12 et 14. Cela lui permet d'ailleurs d'être la meilleure progression ce mois-ci dans tout le Calvados. On espère que cette belle performance n'est pas un feu de paille et qu'elle en appelle d'autres.

2 - Quentin Dehennot (+21,5 points): Une belle progression pour l'ex-moyausain qui réussit une jolie perf à 12 au cours de ce mois. Et si cette année, Quentin réussissait enfin à franchir la barre des 1000 points ?

3 - Matteo Fernandes (+21 points): Ses progrès techniques et surtout physiques sont récompensés par cette belle avancée au classement. Et quelque chose nous dit qu'il sera encore plus haut dans le classement le mois prochain.

4 - Florian Robine (+16 points): Ce qui est certain, c'est que Florian Robine n'est pas venu pour éplucher des lentilles cette année. Il est pour le moment imbattable en D4, son jardin favori.

5- Philippe Roland (+15 points):

Ça joue 11 quoi.

 

On se retrouve cette fois-ci au début du mois de novembre pour vous annoncer les meilleures progressions de classement en octobre. Si vous voulez vous aussi apparaître dans ce top, vous savez ce qu'il vous reste à faire: aller acheter un bouquet de fleurs chez notre partenaire Parole de Fleurs 


Le premier tour de critérium Critérium de la saison 2020-2021 a rendu son verdict en attribuant la note "Assez Bien" aux joueurs de l'ASTTL. Le bilan est donc plutôt positif d'autant plus qu'un ex-moyausain a particulièrement brillé en décrochant les "Félicitations du jury".

 

On commence ce débrief par la jolie seconde place sur le podium de Sam Badini en -13 ans dont vous pouvez d'ailleurs retrouver la photo juste en-dessous. Il ne réussit malheureusement pas à aller chercher une perf de 9 points en finale mais c'est une journée encourageante pour la suite. La montée au niveau régional sera très certainement pour la prochaine fois, en tout cas on l'espère. Dans la même salle jouaient également Augustin Touard et Louis Moulin en D1 -15 ans. Ils se sont d'ailleurs affrontés en quart de finale où ce dernier est reparti avec la victoire 3-0. Louis termine finalement à la 4ème place et manque de peu le podium. Mais ce tour de critérium vient le récompenser après quelques déconvenues en championnat par équipes malgré un bon niveau de jeu. Quant à Augustin, il termine 6ème du classement. Un résultat un peu en deçà des attentes qui montre que son jeu doit devenir plus complet pour continuer à progresser.

 

Après ce samedi chargé, 4 joueurs de l'ASTTL sont allés au charbon dès dimanche matin de bonne heure. Léonard Chatoux obtient une 10ème place en régional -15 ans, synonyme de maintien. Après avoir perfé à quatre reprise depuis le début de l'année, il a cependant à son tour concédé une petite contre à 8. Le reste de sa compétition est correct même si on aimerait tellement que Léonard nous sorte d'excellentes prestations chaque week-end. Mais restons patients et attendons pour lui le match de Coutances la semaine prochaine. Du côté des adultes, Stéphane Plantrou a bien été repêché en D3 comme annoncé dans le post de preview de vendredi. Malheureusement pour notre Steph adoré, il termine à la dernière place avec une seule victoire au compteur. La marche était un peu haute en ce dimanche mais rien de dramatique. Il aura l'occasion de se refaire la cerise en D4 la prochaine fois. Vient enfin le tour de critérium de D1 chez les seniors où nos deux représentants Corentin Hue et Philippe Roland ont eu des destins croisés. Ce dernier devait en effet jouer les premières places. Mais à la suite d'un barrage perdu, il a dû se contenter d'assurer son maintien. Le bilan est tout opposé pour Corentin Hue qui réalise peut-être la meilleure journée depuis ses débuts à Moyaux en 2008. Alors qu'on l'attendait à lutter pour le maintien, il finit finalement premier de poule avant de ne s'incliner qu'en demi-finale contre le futur gagnant. Il s'est cependant ressaisi pour son dernier match en allant chercher une nouvelle perf à 12. Sa troisième place finale est ainsi exceptionnelle au vu de son classement 10. Certains grincheux pourront dire que le niveau en D1 s'est beaucoup dégradé mais cela n'enlève en rien à sa performance individuelle ce dimanche. Celle-ci lui permet d'ailleurs de décrocher provisoirement le classement 11 en attendant le match de la semaine prochaine. Joueur et capitaine de la R3, il confirme que les joueurs de cette équipe sont particulièrement en forme. Nul doute que l'un deux sera en tête du sondage qui élira le joueur de cette première phase fin décembre.

 

Après avoir attribué les bons et mauvais points de ce week-end de Critérium Fédéral, il est désormais l'heure de se quitter. Mais on se retrouve dès mardi avec le retour d'un post historique sur cette page.

 

PS: Corentin Hue >> Rafael Nadal


Ça y est, la compétition individuelle phare du tennis de table fait son grand retour. En effet, 7 joueurs de l'ASTTL participeront au premier tour de critérium fédéral ce week-end. Ils iront donc représenter fièrement nos couleurs en portant nos maillots jaunes et noirs même si Corentin Hue devrait une nouvelle fois choisir de jouer avec un maillot du Stade Malherbe de Caen pour des questions de goût.

 

La compétition débutera comme à l'accoutumée par le tournoi de niveau départemental chez les jeunes. Sam, Augustin et Louis se déplaceront donc à l'AG Caen pour y rejoindre notre juge-arbitre national Julien Lebossé où il y officiera. De Lisieux ou non, tous les joueurs devront se tenir à carreau puisque Kiki a la gâchette facile. Les cartons jaunes risquent de pleuvoir. Enfin, tout est relatif puisque son dernier carton jaune remonte à une époque où Claire Chazal présentait le 13 heures. Mais ce qui est sûr, c'est que Julien pourra suivre avec attention le haut du tableau où Augustin Touard luttera certainement pour jouer la montée en -15 ans. Quant à Louis Moulin, il ne faudra cependant pas l'oublier puisqu'il ira certainement jouer les trouble-fête malgré son positionnement en milieu de tableau. On espère que ses progrès entraperçus en D1 porteront cette fois-ci leurs fruits au niveau des résultats. Quant à Sam Badini, il sera l'un des favoris pour l'ascension en régional -13 ans. "Il n'y a plus qu'à!" comme on dit.

Il ira ainsi peut-être rejoindre Léonard Chatoux qui évolue depuis quelque temps au niveau régional en -15 ans. La compétition aura lieu à Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Il est censé batailler pour le maintien sur le papier mais on sait très bien que ses performances récentes en régional 3 lui permettent d'espérer mieux pour ce premier tour de Critérium.

Parlons enfin de la compétition départementale Senior à Mondeville qui verra premièrement Stéphane Plantrou se battre avec véhémence. À l'heure actuelle, il est annoncé comme la tête de série numéro 1 en D4 mais il est probable qu'il soit repêché en D3. Nul doute qu'il sera alors l'un des outsiders sérieux dans cette division au vu son passé dans l'épreuve. Cette dernière lui réussit régulièrement en allant chercher des jolies perfs. Force à toi donc Steph ! Enfin, Philippe Roland et Corentin Hue évolueront tous les deux en D1. En raison de la crise du Covid-19, le niveau s'est fortement abaissé à ce niveau si bien que l'un des deux pourra peut-être prétendre à la montée en régional. En tout cas, Corentin Hue ne se fixe pas de limites à la seule condition qu'il soit rentré à l'heure pour la finale de Roland Garros.

 

On souhaite donc le meilleur à nos courageux guerriers qui iront chercher de belles performances ce week-end. Quant aux autres, profitez bien des deux finales de Roland Garros !


1,3 point remporté en moyenne par match et 31% de victoires à l'issue des 84 rencontres de ce week-end, voilà le bilan un peu décevant de cette seconde journée de championnat. Mais pourtant, on a pu assister à de bonnes choses au cours de ces deux jours de compétition.

 

On commence donc ce debrief par l'équipe 1 qui affrontait Saint-Pair Bricqueville. Malgré une belle résistance, la R2 s'incline 5-9 face à une équipe supérieure sur le papier. Il est à noter le retour en force de Colas Chatoux qui gagne deux de ses rencontres dont une perf à 15 alors qu'il revient tout juste d'un long arrêt du à une blessure. Nicolas Mersch, originaire de Seingbouse, un petit village au sud de l'Australie, l'imite également au niveau des performances tandis qu'Alexandre ramène un point face au joueur qui a la poussette la plus taillée de toute la région. Malheureusement, la machine s'est déréglée sur son dernier match suite à la consommation de quelques shots bien dosés. Baptiste Jacob... non Monsieur Jacob le podologue a quant à lui ramené une bouteille et c'est bien le plus important que de ramener un point. Bon bilan donc pour lui ! C'est donc tout naturellement qu'il a gardé la banane tout au long de la soirée. La bonne nouvelle sportive de ce double déplacement à Saint-Pair vient de la R3 qui enchaîne un second match nul. Une nouvelle fois, l'équipe 2 ne partait clairement pas favorite. Mais grâce à quelques perfs, c'est à nouveau 2 points qui rentrent comptablement dans la trésorerie de l'équipe. Celle-ci aurait même pu repartir avec la victoire si elle n'avait pas peiné physiquement en fin de rencontre. Léonard Chatoux ne ramène cette fois-ci qu'un point comme Quentin Dehennot tandis que Corentin Hue et Philippe Roland assurent deux points sur des joueurs à leur portée. Tout cela est en tout cas très bon signe pour l'objectif de maintien qui paraissait inatteignable en début de saison.

Ce voyage en groupe s'est une nouvelle fois terminé au Buffalo de Granville où il est à noter que la viande n'est pas aussi bonne que le service.

L'autre satisfaction de la journée vient de la D1 qui obtient le point du match nul face à Fervaques après une belle rencontre qui a enflammé le chaudron. Le grand artisan de ce résultat est Mattéo Fernandes qui vient confirmer ses progrès techniques et physique avec trois victoires vendredi soir. Le secret de cette réussite vient de son régime alimentaire basé exclusivement sur sa consommation de plats diététiques chez O'Tacos. Si une personne compétente en la matière pouvait d'ailleurs nous obtenir un partenariat avec la chaîne O'Tacos, ce serait plus qu'une bone chose. Mais Mattéo n'était pas seul dans cette rencontre puisque François Da Roit ramène deux beaux points en produisant un niveau de jeu proche de Gaston. Parmi les jeunes Louis et Augustin, seul ce dernier parvient à aller chercher un match. On en attend encore plus de nos néophytes à ce niveau-là mais chaque chose en son temps.

Venons-en désormais à la D3 où Jean-Bernard Maksud a pris le pouvoir. Jouant depuis une époque où son coéquipier Sam Badini n'était pas né, il a enfin franchi le pas et pris part à son premier match officiel. Ce fut une réussite puisqu'il remporte deux rencontres. Sam ramène un point supplémentaire qui n'empêche pas la défaite sur le score de 3-11. Stéphane et Arthur préféraient quant à eux ne pas gâcher le moment de gloire de Jean-Bernard et n'ont donc bien entendu pas gagné de matchs.

Enfin, la deuxième D4 s’incline 1-13 tandis que la première s’impose 11-3 grâce notamment à un Florian Robine qui survole actuellement la compétition avec ses trois nouvelles victoires. Mais où s'arrêtera-t-il ?! La presse s'enflamme déjà et le voit remplacer Baptiste Jacob en R2. Affaire à suivre donc !

 

Merci d'avoir pris le temps de lire ce debrief complet de cette seconde journée de championnat. Rendez-vous la semaine prochaine pour le retour du tant attendu Critérium Fédéral parce que voir "pointage à Vire à 8h du matin un dimanche" n'a pas de prix


Quoi, il est bientôt 22h et toujours pas de preview pour la journée de championnat de ce week-end ! Ça ne bosse pas dur au pôle communication de l'ASTTL...

 

Enfin si puisque cette seconde journée de championnat commencera sur les chapeaux de roue vendredi soir dans un chaudron chauffé bloc. Trois rencontres y sont en effet annoncées dont un nouveau derby entre la D1 et Fervaques. Après une défaite assez sévère la semaine dernière du côté de Moult, l'équipe 3 tentera donc d'aller accrocher une première victoire avec cette fois-ci une composition non chamboulée par le nouveau numéro un du club. Juste à côté d'eux, on retrouvera bien entendu la départementale 3 recevant quant à elle Frénouville. Cette fois-ci, impossible de parler d'équipe type pour la D3 puisqu'il n'y en aura probablement jamais pour cette phase. Ça va bricoler comme à Pascobois pendant 6 mois. Mais ce n'est pas pour autant que les joueurs de cette équipe ne feront pas tout pour s'envoler en tête de la poule dès vendredi. La première D4 remplira également le gymnase Mimoun avec la réception de l'AG Caen qui affichera comme d'habitude un jeune prometteur sur la feuille de match. Seule l'équipe 6 prendra la route pour se rendre à Fervaques pour un nouveau derby qui s'enchaîne décidément en ce début de saison.

Après cette soirée chargée viendra donc le tour des deux équipes régionales. Et comme on voyage toujours mieux à plusieurs, les deux équipes se rendront toutes les deux à Saint-Pair Bricqueville dans une salle où les jaunes et noirs auront pris possession des locaux, un chaudron à l'extérieur en quelque sorte. La R3 tentera tout d'abord d'aller chercher un nouveau bon résultat après une première rencontre très encourageante. On espère bien entendu la confirmation des progrès de Léonard Chatoux après sa performance exceptionnelle il y a deux semaines. Mais il pourra également compter sur le niveau de forme étincelant de ses coéquipiers pour aller chercher les 8 points synonymes de victoire. On en vient enfin à l'équipe première qui aura à coeur de laver l'affront de la première rencontre avec une défaite difficile. Mais l'espoir est permis dans cette rencontre qui promet d'être passionnante. Et rien de mieux pour motiver les troupes que la perspective d'un 3 brasseurs sur la route du retour. Un restaurant de toute façon bien mérité avec tous les entraînements ardus concoctés par nos entraîneurs ces derniers temps.

 

Bon match à tous et à dimanche pour un nouveau debrief de ce week-end pongiste.

 

PS: Il n'y a plus beaucoup de bières dans le frigo mais c'est pas grave, on en rachètera en masse.


C'est désormais officiel, la deuxième journée de championnat et le premier tour de critérium fédéral auront respectivement bel et bien lieu ce week-end et la semaine prochaine. Pourtant, leurs tenues avaient été annulées par la FFTT vendredi en fin d'après-midi par le biais d'un communiqué crève-coeur pour tous les pongistes. Mais quelques heures plus tard et après quelques apéros d'après des sources aussi fiables que Le Gorafi, la fédération a décidé de faire machine arrière en laissant la décision finale à chaque ligue régionale. Nous avons ainsi eu la confirmation en ce début de semaine que toutes les compétitions étaient maintenues en Normandie dans le respect des règles sanitaires mises en place depuis le début de cette saison. On pouvait espérer avoir cette information dès samedi puisque l'assemblée générale de la ligue avait lieu samedi. Mais malheureusement, aucune information sur ce sujet n'a été dévoilée au cours de ces 3 heures de réunion interminables pour notre trésorier Corentin Hue. Heureusement pour lui, il a pu discuter et jouer les mauvais élèves au fond de la salle avec l'ancien professeur des écoles et entraîneur du club Dominique Besnier. Sinon, il n'y a rien à signaler au sujet de cette AG qui ne restera pas dans les annales malgré les circonstances actuelles.

 

Pas de gros pavé comme à l'accoutumée aujourd'hui puisque l'on a fait le tour de l'actualité. On vous laisse regarder Roland Garros tranquillement. Mais on se retrouve dès demain sur cette page pour la preview de ce week-end de championnat.


Après près de six mois d'attente, le championnat départemental par équipes a enfin repris ses droits ce vendredi soir. Et même si le bilan de cette journée n'est pas parfait, il a néanmoins fait naître de l'espoir pour la suite.

 

La départementale 1 était en déplacement du côté de Moult et s'incline malheureusement sur le score de 4-10. Avec le renfort de poids de Nicolas Mersch, on pouvait espérer meilleur sort pour cette équipe face à des joueurs classés 11,10 9 et 9 qui reviennent à la compétition après plusieurs années d'arrêt. Nicolas réalise bien entendu un sans faute individuel mais seul Mattéo Fernandes réussit à réaliser une jolie perf. Vincent reviendra plus fort très bientôt. Quant à Louis, il a montré qu'il était très proche du niveau de la départementale 1. Passé si près de la victoire à deux reprises n'est pas facile mais on peut être certain que la prochaine sera la bonne pour ce joueur prometteur et à l'attitude irréprochable.

Comme annoncé jeudi soir, la départementale 3 se déplaçait également à Moult pour mettre le feu dans la salle. La victoire revient cette fois-ci à nos lexoviens sur le score de 11-3. Avec un François en fusion venu les renforcer sur ce match, rien ne pouvait de toute façon leur arriver. Sylvain Prou réalise également un sans faute tandis que Stéphane Plantrou lâche un petit match pour le fair-play. Quant à Sam Badini, il ramène une belle victoire pour son jeune âge à ce niveau.

On en vient ensuite aux départementales 4 dont la première équipe s'incline malheureusement 5-9 à Frénouville sur un terrain de tennis. Cependant, l'équipe 6 s'incline 3-11 dans le match qu'il ne fallait pas perdre contre Moyaux. Privé de son capitaine et maire Patrice Métais, la tâche ne s'annonçait pas aisée face à un club réputé pour son centre de formation qui fournit à l'heure actuelle la moitié des équipes de l'ASTTL. Heureusement pour les Lexoviens, Florian Robine gagne avec la manière ses trois matchs du soir. Relâché dans ses coups et détendu comme jamais, Florian s'est senti comme un poisson dans l'eau vendredi soir. Le résultat sans aucun doute de sa consommation d'huile et de baume de CBD vendu chez notre partenaire Au Coin Bio Lisieux situé place de la République à Lisieux. Si vous aussi vous recherchez la performance pour vos prochains matchs, n'hésitez plus et foncez. La solution vient de vous être donnée.

 

La première journée de championnat est donc officiellement terminée. La seconde débutera on l'espère dès vendredi prochain pour les équipes départementales et samedi pour les équipes régionales. Malheureusement, la tenue de cette journée n'est à l'heure actuelle pas encore certaine en raison de la situation actuelle du Covid-19. La Ligue de Normandie prendra très prochainement une décision que nous vous communiquerons bien entendu sur cette page Facebook et sur notre site internet qui a vu défiler 243 visiteurs ce mois-ci. Devant le danger évident que représente notre site pour L'Équipe, ce dernier nous a proposé une somme d'argent conséquente que nous avons néanmoins préféré refuser. Pas question de céder le site avant que le "démarrage revers de Florent Delattre ayant peu servi depuis trois ans" vendu au prix de 40€ n'ait pas trouvé preneur sur le Shop du site.


 

Ce n'est désormais plus qu'une question d'heures, les joueurs de départemental de l'ASTTL feront leur grand retour à la compétition ce vendredi soir. Ce sera donc pour l'occasion pour nos fous du bayou de démontrer leur nouvelle force spirituelle acquise au travers de leurs mois d'errance dans les bois.

 

Tout semble bien se goupiller mais puisque la D1 et la D3 voyageront ensemble pour deux rencontres virevoltantes du côté de Moult. Cette D1 où les jeunes ont pris le pouvoir nourrit de grands espoirs pour cette phase. Le fameux Lodgy sera même affrété pour ce déplacement, c'est pour dire à quel point on peut être confiant sur ce match. Dans la même salle, on pourra donc également voir évoluer la D3 qui fera tout pour montrer une nouvelle fois sa solidité dans cette division. La première D4 se rendra quant à elle non loin des terres moultaises à Frénouville où l'on espère aussi que notre équipe ramènera une première victoire cette saison. Enfin, le chaudron accueillera une nouvelle joute et non des moindres puisqu'il s'agira d'un derby bouillant entre Lisieux et Moyaux. Au vu de la forte communauté moyausaine dans les rangs lexoviens, il n'est pas à exclure que quelques lexoviens scanderont des "Allez Moyaux" comme à l'accoutumée.

 

Prenez du plaisir au cours de cette première journée et à très vite sur cette page !


Qui dit début de saison dit retour du Critérium Fédéral.

 

La compétition individuelle la plus célèbre du circuit pongiste fait son grand retour le week-end du 10 et 11 octobre. Comme à son habitude, ce tour de critérium débutera par les différentes catégories chez les jeunes au niveau Départemental. C'est toujours l'occasion pour les jeunes pongistes d'enchaîner les matchs contre des joueurs de leur âge. Pour ceux étant à la recherche de points, le coefficient de cette compétition leur sera d'ailleurs plus que favorable. Mais surtout, cette journée sera marquée par des duels intenses pour monter dans la division supérieure. On espère ainsi voir quelques lexoviens lutter pour l'ascension en régional ce samedi 10 octobre.

Pour les jeunes mais également adultes déjà placés au régional, la compétition se déroulera quant à elle le dimanche matin quelque part en Normandie. Ah quelle joie de se lever à 5h45 du matin pour aller faire du ping-pong au fin fond de l'Orne ou du côté de Dieppe. Certains joueurs comme Florent Delattre et Clément Fritot ont vite compris qu'il était plus agréable de passer leur dimanche devant Téléfoot ou le grand prix de F1 mais les plus mordus de ping pourront se lever pour aller chercher des perfs bien sympathiques.

On en vient enfin au graal qu'est le tour de Départemental Senior. Cette fois-ci, un simple petit déplacement sera nécessaire pour participer à ces tours de critérium dans le Calvados. Cette ambiance champêtre qui y règne habituellement sera sans doute une nouvelle fois bien présente pour vous aider à passer un bon dimanche. N'hésitez pas à sauter le pas et à rejoindre l'aventure auprès des grands habitués de cette compétition que sont Corentin Hue, Quentin Dehennot et également depuis l'année dernière Philippe Roland et Stéphane Plantrou.

Si vous souhaitez vous inscrire, rien de plus simple, contactez-nous sur notre Facebook, sur notre boîte mail ou récupérer la feuille d’inscription à la salle avant le lundi 28 septembre. L'inscription sera ensuite effectuée lorsque le règlement pour la compétition aura été réglée auprès de notre excellent trésorier Corentin Hue ou un autre membre du bureau qui pourra le lui transmettre. Par exemple, si vous passez sur Brest, Clément Fritot se fera un plaisir de récupérer votre chèque.

 

Passez une bonne semaine d'entraînement et soyez en forme pour ce premier week-end de championnat par équipes Départemental !


Une première journée de régional contrastée entre de belles promesses et une mission impossible que même Tom Cruise n'aurait pas réussi.

 

Après de nombreux mois d'attente, le gymnase Mimoun accueillait ce samedi en grande pompe les premiers matchs de la saison 2020-2021 de notre R2 et de notre R3.

L'équipe 1 affrontait premièrement l'ogre de Saint-James qui est le grand favori de cette poule pour l'ascension en R1. Grâce à son mercato actif depuis l'année dernière, Saint-James affichait effectivement sur la feuille de match 17, 16, 16 et 14. Un adversaire d'autant plus redoutable que notre équipe 1 comptait deux grands absents. En effet, Clément Fritot a récemment accepté un contrat financièrement juteux du côté de Brest tandis que Nicolas Mersch était occupé à se moucher chez lui. Le score de 1-13 est sans appel mais Alexandre Fromager s'est battu avec classe pour sauver l'honneur dans un match endiablé au cours duquel il s'est exclamé "On ne mélange pas les trochons et les serviettes". Le vice-champion de France des jeux de mots est déjà en grande forme cette année avec un grand classique de sa panoplie d'expressions. Malheureusement, Colas Chatoux, le podologue Baptiste Jacob et Augustin Touard pour sa première à ce niveau n'ont quant à eux rien pu faire face à des joueurs redoutables.

De l'autre côté du gymnase Mimoun, la R3 affrontait une équipe solide de l'AS Cherbourg. Avec les 981 points d'écart entre les deux équipes sur la feuille de match, le public n'avait pas de grand espoir sur le sort de cette rencontre. Mais à notre plus grande joie, notre équipe 2 récupère le point du match nul avec un très joli 7-7. Revenons premièrement sur la performance du numéro un de cette équipe Philippe Roland pour qui cette rencontre revêtait deux enjeux. Tout d'abord, il lui fallait montrer qu'il avait encore du rythme. Et c'est chose faite puisqu'il remporte deux victoires précieuses. Mais le principal pour PR était ailleurs puisqu'il lui fallait assurer à l'arbitrage des matchs. On espère que ses performances lui permettront de récupérer son titre d'arbitre sur sa licence puisque la Ligue de tennis de table n'a pas daigné lui accorder cette mention cette année. Ce match a aussi vu deux ex-moyausains briller. Corentin Hue ramène un point important. Une victoire qui en amènera beaucoup d'autres puisque Coco est prêt à tout casser cette année. Quentin Dehennot, l'idole de toute une génération, réalise également une très belle perf qui vient récompenser son investissement, son assiduité, sa persévérance, sa ténacité et sa pugnacité à l'entraînement. Mais cette journée a surtout été marquée par la performance XXL de Léonard Chatoux qui réalise un magnifique sans faute individuel. Présent sportivement et mentalement à la table, il réalise sa meilleure journée depuis ses débuts. Le voilà désormais avec un classement à 4 chiffres et on espère que tout cela ira encore plus loin cette année.

On termine cette review par vous annoncer que les droits télé de cette saison ont été attribués à Nathalie Migliorin après une rude bataille avec Bein Sport et Eurosport. Tout au long de cette journée, ses lives ont en effet permis à tous les passionnés restés chez eux de vivre le match depuis leur canapé. On espère que sa chaîne de production lui fournira cependant des moyens supplémentaires pour filmer les matchs. Il se murmure qu'une cagnotte pourrait être lancée pour acquérir un appareil photo Reflex Canon EOS 5D Mark IV Nu 30,4 Mpx 4K 32000 ISO au prix de deux Smics. L'avenir nous le dira mais l'espoir fait vivre.

 

C'est tout pour ce premier débrief de la saison. La compétition revient très rapidement puisque les 4 équipes de Départemental feront leur rentrée vendredi prochain. On se retrouve bientôt et d'ici là, regardez du catch.


We're here

 

Errant dans les bois depuis le 17 mars, la secte lexovienne des pongistes fait son retour demain dans son chaudron. Guidés par son gourou Nicolas Mersch, les joueurs de l'ASTTL ont bravé le danger des mois durant pour vaincre leur plus profonde peur. Oublier l'homme à la casquette pour Corentin Hue, éliminer le souvenir de Jean-Yves pour Alexandre, effacer ce match terrible contre Cherbourg pour Baptiste, chaque joueur a fait de ses blessures une force mystique. Manger, dormir, conquérir, répéter, tout a été programmé pour faire de ce club une grande place de l'échiquier pongiste. Vêtue de leurs masques de mouton et de leurs torches, la première vague des fils de la secte regagnera la civilisation et le gymnase Mimoun ce samedi à 16h. La R2 et la R3 feront respectivement vivre Saint-James et Cherbourg dans la peur.

 

Venez donc les supporter au gymnase Mimoun masqué de votre plus beau masque pour coller à l'ambiance terrifiante générée par leur présence.


Athéniennes, Athéniens,

 

Nous vous donnons rendez-vous samedi de 10h à 18h au jardin public de Lisieux pour le forum annuel des associations. Sous peine de vous faire traiter de barbares non civilisés par Aristote, nous vous incitons même à vous y rendre. Quoi de mieux que l'agora pour se promener et philosopher entre amis. Les bâtiments démocratiques et religieux seront d'ailleurs très agités puisque le tribunal populaire de l'Héliée se réunira pour juger si Philippe Roland doit se voir offrir sa licence pour ses prestations d'arbitre. Aussi, le temple d'Héphaïstéion et le Bouleutérion accueilleront des cérémonies grandioses en l'honneur du retraité pongiste Florent Delattre.

 

Bien entendu, le club de l'ASTTL possèdera plus particulièrement un stand pour vous faire découvrir ou redécouvrir le tennis de table. Des pongistes chevronnés seront là pour vous apprendre les premiers gestes et vous conter les joies de ce sport. Que vous soyez jeunes ou moins jeunes, n'hésitez pas à venir nous rencontrer. La famille de l'ASTTL est prête à vous accueillir dans le magnifique gymnase Mimoun, lieu de duels enflammés entre pongistes déterminés.


Après ce premier tour de chauffe, on se retrouve dès mercredi ?

 

Ce lundi soir a eu le premier entraînement de cette saison 2020-2021, une séance au cours de laquelle nos valeureux pongistes ont donné physiquement. On espère donc vous retrouver encore plus nombreux mercredi aux entraînements consacrés aux jeunes et plus tard dans la journée aux adultes.

Profitons d'ailleurs de ce post pour apporter quelques précisions sur le protocole. Pour ce début d'année, nous demandons effectivement de prendre rendez-vous pour prendre part aux entraînements afin que nous puissions établir une liste des joueurs présents. Mais une fois que les différents groupes d'entraînement seront définis, cette prise de rendez-vous ne sera plus nécessaire.

Par ailleurs, il est tout à fait possible d'assister aux entraînements qui ne sont pas forcément destinés à votre niveau comme écrit sur la plaquette des horaires. Une priorité est certes donnée à certains joueurs en fonction des créneaux mais vous savez tous bien que les entraînements sont rarement pleins dans notre magnifique club. Passez alors un coup de file à Nathalie au 06 63 90 98 70 afin de venir vous entraîner à des créneaux supplémentaires dans notre chaudron.

Et aussi, le port du masque est obligatoire en dehors des aires de jeu. C'est pas pratique quand on est étourdi mais ça reste jouable.

 

Bon allez, on arrête de parler de ce protocole. Que tous ceux qui lisent ce post passent à une bonne journée et sachent servir court coupé. Ça paraît simple comme ça mais personne n'a réussi une telle performance à Mimoun depuis octobre 1997.


Bonjour à tous les pongistes augerons,

 

Le lundi 31 août aura lieu le premier entraînement de l'ASTTL. Tout au long de la semaine, notre nouvelle présidente Nathalie Migliorin sera présente au gymnase Mimoun pour vous apporter des renseignements et procéder aux inscriptions aux horaires indiqués sur la plaquette ci-dessous. Pendant ce temps, Clément Fritot encadrera l'entraînement de lundi tandis que Xiang Ren prendra le relais mercredi après-midi. Le plus célèbre des joueurs loisirs Stéphane Plantrou sera bien sûr présent jeudi. Enfin, Mattéo Fernandes clôturera la semaine vendredi.

Pour prendre part à ces entraînements de qualité supérieure ou avoir plus de précisions, veuillez contacter par appel téléphonique Nathalie au 06 63 90 98 70 .

Tout est dit, nous vous attendons dès lundi pour une nouvelle saison, qui malgré ce nouveau protocole, devrait une nouvelle fois être passionnante.

 

PS: S'entraîner favorise la victoire et c'est en gagnant qu'on évite la défaite. Méditez bien cette phrase, elle est brillante.